The supremacy of the Human Being ends here.
L'Orion est un flux de mana, une essence se trouvant chez certains humains... Avec l'Orion vient le pouvoir: contrôler l'eau, lire dans les pensées, créer de l'électricité.. Tout est possible, mais toute forme de pouvoir a un prix ; les Oriniens sont traqués comme du gibier, perçus comme des monstres par les gens normaux, les Lambdas.
Réglement GénéralRéglement RPGContexteLes groupesL'OrionPrésentation
A savoir
# OUVERT
# Forum RPG fantastique, libre et sans prise de tête !
Contexte
Orion. Pour certains, il s’agit d’un personnage mythologique tandis que pour d’autres, ce mot évoque un pouvoir d’une grande puissance. Né de la terre, ce pouvoir à habité une partie de la population humaine et permis l’évolution de l’espèce, mais a quel prix ? Démasqués à travers diverses périodes historiques, les Oriniens furent pour la plupart massacrés puis oubliés des Lambdas qui voyaient en eux des monstres. Pourtant aujourd’hui, ils vivent encore, cachés parmi la population, parmi les leurs, mais pour encore combien de temps ?
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Orion'Sins
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Attention bête à proximité ~ Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 17
Messages : 29
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Tandis que la demoiselle aux cheveux tournesols commençait à prendre ses aises, la douce servante l'observait avec bienveillance. Elle se demandait si son interlocutrice était plutôt sucrée ou salée, si elle était encore étudiante ou si elle avait déjà réussi à obtenir un emploi. C'est que les temps étaient durs, pour certains... Enfin, peut-être pas pour elle, après tout. Cette femme paraissait assez dynamique, bien que posée. Etait-ce sa couleur de cheveux naturelle ? Celle-ci semblait si envoutante. Cela réchauffait le coeur de la dame à la chevelure bleutée.

Alors que cette dernière commençait à porter une tasse, à l'orée de sa fine bouche, son invitée parut la remercier de son accueil, ainsi que de s'excuser pour le dérangement... Cela fit sourire la domestique, à la mèche cachant l'un de ses yeux. Elle était bien élevée, visiblement. Venait-elle d'une riche famille, ou n'était-ce là que le résultat d'une politesse élémentairement acquise ?... Haa, elle devait arrêter de se poser des questions aussi indiscrètes. Profiter ainsi de son jardin secret mental, n'était franchement pas des plus respectueux, elle le savait pourtant bien.

" Huhu, il n'y a pas de mal. Vous êtes notre invitée. " Répondit-elle à Eva, avant de lui laisser continuer sa phrase.

Car oui, cette intrigante jeune femme n'avait visiblement pas fini de parler, bien que cela ne soit pas pour déranger son hôte... Elle était amusante. Pensait-elle réellement que la maîtresse de ces lieux représentait sa fille ? Oh, elle aurait adorée avoir une petite fille aussi charmante, pourtant. Malheureusement, les aléas de la vie ne permettaient pas toujours à de telles visions de se matérialiser... Ce n'était pas bien grave. Après tout, l'employée de ce manoir appréciait très bien sa vie. Puis, le personnel s'était toujours montré très compréhensif et sympathique avec elle, depuis son arrivée... Il n'y avait pas à se plaindre.

" Je vous remercie de m'attribuer le mérite de sa naissance, madame. Hélas, il n'en est rien. Je ne suis qu'une simple domestique, au service de mademoiselle, bien que cette réalité ne manque de m'égayer. "

D'une politesse exemplaire, l'employée répondit à cette première interrogation, avec toute la douceur et la retenue dont elle était capable... tout en vouant un regard apaisé à sa protégée, à la fin de sa phrase. Mmh... Reposant son attention sur la détective, une nouvelle pensée traversa l'esprit de cette dame, décidément bien curieuse... Ces lunettes de soleil, que représentaient-elles, pour la blonde tête ? Il ne faisait plus jour, depuis déjà un bon moment... Un cadeau ? Une simple préférence de, style, c'est ça ?... Roo, ou alors, ou alors, une tragédie, un secret inavouable, une marque peu glamour...

Oula, ça suffit ! Ca commençait à aller vraiment trop loin... Hem. Il fallait se ressaisir. Après tout, elle avait un rôle à tenir, une certaine présentation. Un peu de rigueur, bon sang ! Il était plutôt préférable d'écouter ce que sa partenaire de discussion avait encore à dire. D'ailleurs, celle-ci ne manqua pas de poser de nouveaux questionnements... Visiblement, elle paraissait assez inquiète pour la Kumari. Son empathie était assez appréciable et... plutôt charmante, aussi. Cependant, Shanti ne craignait rien sur son propre territoire, avec de surcroit un oeil toujours posé sur elle. Mais ça, Eva ne pouvait en avoir conscience.

Tout de même, la méthode d'approche de cette amusante demoiselle, faisait fort penser à celle d'un détective, au sein d'un livre que la servante avait récemment pu lire, durant ses quelques heures de temps libre... Ah mais, elle était vraiment détective ? Ooh... Oh ça... Oooh que c'était intéressant... Nous revoilà donc partis pour un tour... Incurable, je vous dis. Mais n'était-ce pas là tout son charme ? Cette candeur lui avait en tout cas attiré nombre de prétendants, parmi ses jeunes collègues.

" Oooh... Vous êtes détective, madame Lons ?... Oh j'adore les détectives ! je lis toujours des romans policiers, pendant mes pauses. c'est si trépignant et ces figures sont toujours si perspicaces... " Commença-t-elle alors, en oubliant presque les demandes précédentes de son interlocutrice.

" Oh, je m'excuse... Je, je me suis laissée emportée. Ce n'est pas, ce n'est pas très professionnel... Je vous prie de m'excuser... Je, je vous sers à boire... "

Cette façon de vouloir sauver les meubles, d'essayer à tout prix de se rattraper dans ses erreurs... Voilà son charme, la raison pour laquelle l'ancien propriétaire des lieux avait choisi de lui faire confiance, de l'engager malgré son inexpérience dans le domaine. C'était un homme bon, généreux et soucieux du bien être de ses convives... Tristement, il avait quitté ce monde bien trop tôt, malgré son âge avancé. Rien qu'à y repenser, une douleur émergeait, dans le coeur pur de cette adulte fraichement formée.

Elle servait pourtant le liquide, commandé par la personne lui faisant face... lui octroyant également une gourmandise supplémentaire avec. Une façon de se faire pardonner... Se redressant désormais, la domestique au doux regard s'apprêtait à répondre aux interrogations, tout en attirant l'attention de son invitée, en direction de la cheminée, où siégeaient donc de multiples photos, dont certaines manifestement plus récentes que d'autres.

" Voyez... L'homme sur ces photographies, n'était autre que l'ancien propriétaire de cet endroit si singulier. C'est en effet lui qui a recueilli la demoiselle, il y a de cela 5 longues années... peu après que je sois recrutée, pour ainsi dire. Je, je n'avais pas encore... la main... Mais soit. Nous avons fait appel à plusieurs détectives, pour nous aider dans nos recherches, sans jamais parvenir à retrouver une quelconque trace du passé de mademoiselle... Je m'efforce donc de lui prêter, autant que possible, un regard attentif. " Avoua la femme aux cheveux bleus, d'une gêne plutôt perceptible.

Ce n'était pas toujours suffisant, hélas, elle en restait bien consciente... Pourtant, l'honnête dame savait qu'il ne subsistait aucun danger, aux abords du lac, embellissant cette belle clairière. Pratiquement aucun visiteur, surtout de nuit. D'autant plus que la Kumari se montrait des plus disciplinées, quant au couvre-feu dont ils avaient convenu. Et puis, en cas de problème, il y avait toujours ce petit garçon, pour la prévenir d'une difficulté potentielle. Qui était-il ? Elle n'en savait pas grand chose, mais la preuve de son attention lui suffisait amplement. Oui, peut-être demeurait-elle bien naïve...

" Je me nomme Saphir, Saphir Horoda... pour vous communiquer également mon identité... Malgré tout, en temps que servante, je ne suis pas censée répondre à une nomination aussi personnelle... Eum... ces lunettes que, vous portez... ont-elles... " Finit-elle, d'une hésitation assez visible, détournant le regard tout en reportant sa tasse de café à ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 26
Messages : 42
Emploi du perso : Détective
avatar
Quelle heure est-il ? Voilà une question qui semble la conquérir depuis peu, car pour elle, le temps semble s’être arrêté. Certainement, à cause des événements passés ou est-ce à cause de la fatigue qui l’éloigne petit à petit ? Elle écoute avec beaucoup d’intention chacun des mots de la jeune femme qui lui parle ce qui est une grande qualité chez Tournesol. Après tout, n’est-ce pas tout ce qui fait un détective, son écoute de l’environnement ?
Alors, elle n’est vraiment pas sa fille, bien évidemment Eva sans doute depuis le début, mais il faut toujours avec une confirmation pour ne pas avoir de doute dans le futur ou dans les questionnements qui peuvent arriver au fur et à mesure de la conversation.

Il en faut pour la jeune femme pour la réveiller surtout lorsqu’on parle des livres, des romans de détective. Combien Eva en possède-t-elle ? Tellement qu’elle en as, elle ne peut pas tous les compter, mais au moins cités certains titres dont elle n'arrive pas à oublier. A-t-elle trouvé quelqu’un à qui parler de sa passion des lectures qui la fascine depuis sa tendre jeunesse ? Si Eva était une jeune femme normale, certainement, qu’elle se lancerait dans des conversations sans fin sur les livres, mais la peur qu’elle possède une âme rouge la fit hésiter.

-J’ai des centaines de bouquins sur les détectives, je dois avouer que cela a dû commencer ainsi. Dit-elle brusquement. Mes préférés restent les classiques, les Sherlock Holmes.

Sans hésitation, les premiers qui lui viennent à l’esprit sont les Sherlock, mais il y en a tellement qu’elle ne serait lesquels choisir entre tous. La jeune femme changea de conversation lui versant une boisson qu’elle but d’une traite. Avec tout le chocolat qu’elle a dévoré et n’ayant rien bu de la journée, la boisson fut plus que délicieuse.
La jeune femme aux cheveux bleue lui montre les photos tout en lui racontant l’histoire de la princesse. Au final, elle est une orpheline. Ceci dit, elle remarque à quel point ses personnes ont de l’attention envers la princesse, cela lui rappel ses domestiques qui ne la laisser jamais seule.

-Avez-vous vraiment fait appel au meilleur détective ? Mon maître est le meilleur, mais je le surpasse sur bien des égards, si vous le souhaitez, je vous offre mes services. Fit-elle puis elle regarde la petite fille. Gratuitement.

Ok. Qu’est-ce qu’elle vient de dire ? Gratuitement ? Elle ne peut plus revenir en arrière après voir dit cela, mais qu’est-ce qui lui a pris ? Elle le sait. Elle lui rappel sur bien des facettes quand elle était une enfant. Un passé qui la pourchassera toute sa vie comme elle. Ne pas savoir d’où l’on vient doit être aussi cruel de ne pas connaître le meurtrier de son père ou d’avoir connu cet homme. Bien sûr, si la domestique accepte de la prendre dans ses services, il lui faudra un contrat et surtout bien plus d’information surtout sur ce qu’elle sait sur l’Orion.

Elle n’est pas certaine, mais l’enfant doit-elle aussi posséder un pouvoir vu les dires du petit prince et de la situation de la petite princesse. Un contrat qui risque de durer plusieurs jours, voire des mois, mais elle prendra le temps qu’il faudra. Peut-être que c’est la fatigue qui la fait agir ainsi ? Au final, au lever du soleil, tout cela ne sera qu’un rêve parmi tant d’autres.

La jeune femme se présenta, elle porte le nom de Saphir, un nom dont elle n’a pas l’habitude d’entendre, mais qui lui va à la perfection.
Ainsi, voilà qu’elle pose enfin la question. Tôt ou tard, les gens finissent toujours par poser la question surtout quand ils voient qu’elle n’est guère aveugle.

-J’ai des problèmes de vu, je dois les portes sans cesse. Dit-elle.

Ce n’est guère un mensonge, c’est juste un demi-mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 17
Messages : 29
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Oh ? Alors cette jeune femme appréciait également les livres de détectives ? Voilà qui amusait plutôt la servante, qui n'aurait pas pensé qu'une personne exerçant cette fonction, le faisait de par un certain attrait à ce genre d'histoires.. Mais en y réfléchissant, ce n'était pas plus mal. En effet. Car il semblait clair qu'elle exerçait tout simplement une passion. Du moins, elle semblait aimer son métier. Aimer effectuer les tâches l'on nous confiait, c'était important. Saphir en savait quelque chose.

Oui. Après tout, elle n'avait pas vraiment commencé à travailler dans ce manoir, de son propre chef. Au début, il s'agissait d'une adolescente un peu turbulente. Pas de quoi s'inquiéter outre mesure, bien qu'elle n'était pas des plus aimables. C'est sa famille qui avait insisté, pour lui trouver une place en cet endroit. La gentillesse du propriétaire des lieux, accouplée à la sérénité de l'environnement, l'avait peu à peu transformée et ce qui ressemblait à une contrainte se transforma bien vite en un devoir stimulant.

" Les Sherlock Holmes sont mémorables. Pour sûr. En ce moment, je lis plutôt des histoires peu connues du grand public. Des oeuvres malheureusement écartées du succès, mais qui, je vous l'assure, demeurent souvent plus intéressantes qu'on ne pourrait le croire. Ainsi, je lis actuellement un livre intitulé... Wulfrit et l'affaire du chandelier cassé. "

À la suite de sa réponse, la charmante dame gloussa, pendant quelques instants. Ce titre la ferait toujours autant rire, quand bien même le sujet de ce bouquin s'avérait bien sérieux... Après tout, il était sujet d'un mort, dont l'arme du crime était soupçonnée d'être justement le chandelier. Sauf qu'il n'était pas possible de trouver la moindre preuve, amenant à cette conclusion, d'après l'autopsie.

Quoi qu'il en soit, la domestique se montrait assez enjouée de trouver une partenaire de lecture. Il faudrait assurément lui faire visiter la bibliothèque, à un moment. Peut-être pas aujourd'hui, mais à l'occasion... Après tout, celle-ci regorgeait d'écrits en tout genre. Souvent des livres rares ou édités en peu d'exemplaires, pour une raison ou pour une autre... Certainement dame Lons pourrait-elle trouver son bonheur assez rapidement.

Alors que la femme, à la chevelure bleutée, se perdait dans ces réflexions enthousiasmantes, son interlocutrice la ramena bien vite à la réalité, en évoquant le sujet de la pauvre Kumari, dont il n'avait pas été possible de retrouver les parents... Visiblement, Eva semblait vouloir proposer son aide et ce gratuitement. Oh non... ça... ce n'était pas nécessaire. Le présent cadre de vie de la propriétaire des lieux, lui permettait, sans grande difficulté, la paie d'un détective privé. Le tout restait de voir si cela aurait une quelconque utilité...

Saphir savait ce qu'elle avait à faire. Elle devait accepter. La plus infime des chances devait être saisie. Surtout que la jeune demoiselle, lui faisant face, prétendait se débrouiller assez bien dans son métier... C'était amusant comme les évènements pouvaient parfois si bien s'agglomérer, afin de créer des situations salvatrices. La servante sourit à cette pensée, avant de s'apprêter à répondre, une fois son questionnement, à propos des lunettes de son interlocutrice, satisfait.

" Vous êtes une bonne personne, madame Lons... Malgré ce que je vous ai dit, concernant tous ces détectives qui ont échoué à la tâche, vous désirez pourtant nous apporter votre aide. Et ce gratuitement... Cela me met dans l'embarras, je vous l'avoue... Et en même temps, je ne peux pas refuser votre demande. Que ce soit pour un soucis de politesse ou de besoin... " lui répondit-elle, index posé sur le menton et coude soutenu par la main de l'autre bras.

La situation demeurait délicate. Que valait-il mieux faire ?... Il paraissait évident qu'il ne serait pas dans l'intérêt de la Kumari, que d'avoir vent d'une telle proposition... Absolument. La mettre au courant risquait de lui donner de faux espoirs, tant la nature de la requête paraissait à la fois encourageante et fortement compromise... Aucune trace, rien... Comme si cette fille n'avait jamais été répertoriée, sur quel que registre que ce soit. Avait-elle été abandonnée, avant même de rentrer à l'école ? Ou bien n'avait-elle juste eu l'occasion d'y aller ?

Saphir se leva soudain, afin de placer sa douce main sous la tête de sa protégée, la relevant et lui plaçant l'un des coussins du fauteuil sous sa mignonne bouille... Qu'elle était calme... L'Orinienne dormait paisiblement, sous le regard attentif et bienveillant de sa domestique. Qu'il serait dommage de la priver d'une chance supplémentaire de retrouver ses géniteurs, de retrouver l'attention dont elle avait besoin, pour son développement... une attention que des domestiques ne pouvaient combler de la même manière. Elle n'avait pas le choix, il lui fallait accepter cette proposition... Mais pas sans condition.

" ... J'ai bien réfléchi... J'accepte humblement votre demande, ou plutôt votre offre... Toutefois, afin de ne pas faire affront à votre générosité, mais de pouvoir malgré tout vous récompenser... j'aimerais définir un point supplémentaire. Madame Lons... Si vous parvenez à atteindre notre objectif en commun... Vous serez récompensée par le triple de vos honoraires habituels. Prenez cependant le temps qu'il vous faudra et n'hésitez pas à accomplir d'autres missions en parallèle, car il vous faut bien vivre de revenus... "

Il restait en effet bon de ne pas trop compter sur une seule affaire pour vivre, en temps que détective... D'autant plus que celle-ci risquait de prendre du temps. À vrai dire, ce petit garçon n'avait pas paru très encourageant, à ce propos. Peut-être en savait-il plus qu'il ne voulait le dire. C'était du moins ce que pensait la domestique, qui avait déjà eu la possibilité de s'entretenir avec lui, depuis le temps qu'il rodait dans les parages...

" Oh... Pardonnez-moi de changer de sujet... Il m'a semblé remarquer que vous avez fait la connaissance de Quanta ?... Pour tout vous dire, je trouve ce petit garçon assez mystérieux. Néanmoins, cela fait déjà 5 ans qu'il nous fait acte de sa présence. Enfin, juste en ce qui me concerne... Il m'a aidé à plusieurs reprises, pour mon travail, en me prévenant de certains dangers, de certains risques que j'encourais. C'est assez surprenant, maintenant que j'y pense... il n'a pas changé d'un poil, en tout ce temps... " se décida enfin à révéler la domestique, aux courts cheveux bleus, affichant une expression plutôt soucieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Attention bête à proximité ~ Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Problème de proximité de passagers
» Ville Libre de Mévry
» ATTENTION : RAPPEL A L'ORDRE
» Fan de FF, attention, Tada ...
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orion'Sins :: Alentours de Garan :: La lande-