The supremacy of the Human Being ends here.
L'Orion est un flux de mana, une essence se trouvant chez certains humains... Avec l'Orion vient le pouvoir: contrôler l'eau, lire dans les pensées, créer de l'électricité.. Tout est possible, mais toute forme de pouvoir a un prix ; les Oriniens sont traqués comme du gibier, perçus comme des monstres par les gens normaux, les Lambdas.
Réglement GénéralRéglement RPGContexteLes groupesL'OrionPrésentation
A savoir
# OUVERT
# Forum RPG fantastique, libre et sans prise de tête !
Contexte
Orion. Pour certains, il s’agit d’un personnage mythologique tandis que pour d’autres, ce mot évoque un pouvoir d’une grande puissance. Né de la terre, ce pouvoir à habité une partie de la population humaine et permis l’évolution de l’espèce, mais a quel prix ? Démasqués à travers diverses périodes historiques, les Oriniens furent pour la plupart massacrés puis oubliés des Lambdas qui voyaient en eux des monstres. Pourtant aujourd’hui, ils vivent encore, cachés parmi la population, parmi les leurs, mais pour encore combien de temps ?
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Orion'Sins
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Attention bête à proximité ~ Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
« Attention, bête à proximité ».


    Toutes les histoires de conte de fée commencent par : Il était une fois. Eva n'a jamais lu ce genre d'histoire, elle a toujours lu celle qui commence par : Un matin, on entendit des coups de feu, on retrouva le soir même un homme mort sur son canapé. Vous l'aurez compris, elle préfère lire un bon roman policier. Elle est partie à la bibliothèque pour emprunter certains livres qu'elle n'a pas encore eu le temps de lire. L'un d'entre eux la passionna dès la première phrase : C'était un grand jour pour l'homme aux dents d'argent. Elle se demanda s'il s'agit d'un livre comique ou d'un véritable roman policier, mais étant donné qui cela la rendue curieuse elle décida de le lire dans la journée, mais où ?

    Elle n'a pas encore eu le temps de visiter toute la ville ni de parcourir les alentours, il est temps que les choses changent. Elle décida de visiter toutes les zones les moins peuplé jusqu'à ce qu'un panneau lui dévoile sa destination, la lande. Elle marcha pendant plusieurs dizaines de minutes, puis elle s'arrêta pour admirer le paysage devant ses yeux. Elle inspecta les lieux avant tout, puis elle décida de retirer ses fameuses lunettes de soleil quand elle eut sûr qu'elle est toute seule au moins pour quelques minutes, le temps d'admirer avec ses propres yeux.

    Les fleurs, les plantes qui volent au grès du vent, le soleil qui tape de sa douceur dans ce le lieu ainsi que l'herbe d'un vert émeraude parcourant les kilomètre de la lande. Elle marcha jusqu'à l'un des arbres se plaçant en dessous des branches lui donnant un coin d'ombre. Nous sommes un jour sans pluie, il fait assez frais, mais cela reste un beau temps pour la saison. Elle regarda aux travers des feuilles et des branches le soleil qui essai de passer, comment ne peut-elle pas admirer un tel paysage ? Elle fit un grand sourire et plongea dans son nouveau bouquin posant les trois autres livres à côté d'elle. Au final le livre fut bien plus sérieux et tragique qu'elle aurait cru, cet homme aux dents d'argent lui rappela son père qu'elle ne sait toujours guère comment il est mort et pourquoi. Bien évidemment c'est une autre histoire, mais il s'agit quand même d'une enquête policière, non, de son enquête. Elle arrête la lecture posant le bouquin à côté d'elle. Elle regarda autour d'elle pour être sûr d'être toute seule ce qui est toujours le cas.

    Elle se leva pour s'étirer les membres, puis au loin une silhouette étrange se dessina. Qu'est-ce que sait ? Se demanda-t-elle. L'individu est bien trop loin pour connaître son identité ni la couleur de celui-ci ayant le soleil qui l'éblouit de toute sa lumière. Elle se retourna pour prendre ses lunettes de soleil, il valait mieux faire attention, elle ne sait guère s'il s'agit d'un être humain ou d'un animal. Elle pris place de nouveau en dessous de l'arbre reprenant la lecture du livre intitulé « Le crime amical ». Elle n'arriva pas à se concentrer au vu de la silhouette qui s'approche vers elle.

    Cet endroit est tellement grand, pourquoi se diriger où elle se trouve ? Elle ne paniqua pas, après tout, il ne faut pas avoir peur des êtres humains. Ils ne sont pas tous des tueurs ou méchant. Il y a aussi de bonnes personnes… Il ou elle peut aussi passer son chemin, mais alors pourquoi elle doit être toujours ainsi ? C'est une question idiote pour la jeune fille, car elle le sait très bien, elle connaît le véritable visage des hommes et ils sont tous pareils.

    Elle respira calmement espèrent que cette ombre n'est que son imagination au vu du livre qu'elle arbore, une deuxième ombre apparut, plus proche que la première de son côté droit. Elle regarda arriver cette ombre foncer droit sur elle, un animal ? Il y a des animaux ici ? Elle se leva pour regarder de plus près, une ombre à la forme animal s'approche d'elle dont une autre de l'autre côté qui est celle d'un être humain. Quel est le plus dangereux des deux ?
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar


C'est un fait. Chaque chose a sa place. Chaque chose possède sa raison d'être. Remettre en cause cette règle, revient à remettre en cause l'univers lui-même. Sa finalité est comparable à celle d'un puzzle, la moindre pièce reste indispensable pour le compléter... Alors... cette fois encore... il faut agir, avec minutie.

Ce petit garçon, à l'apparence bien orientale, s'approchait de son objectif. La lande... Voilà un lieu qui profitait d'un paysage particulièrement majestueux. Il était possible d'admirer tant de choses, depuis les hauteurs... Ca, ce jeune enfant en savait quelque chose... Néanmoins, il n'était pas là pour ça, aujourd'hui. De telles manifestations de mère nature ne lui faisaient plus le moindre effet. Rien de plus que des phénomènes logiques s'entremêlant, n'est-ce pas ?

Marchant, dos au soleil ardent, voici que cette silhouette étrange pouvait déjà admirer la présence d'une jeune femme, adossée à un arbre... Celle-ci lisait un livre mais paraissait perturbée. Quoi de plus normal, lorsque, se pensant tranquillement installée à l'abri de tous, l'on pouvait pourtant observer l'apparition, possiblement sinistre, d'un être humanoïde ? Troublant. Mais le danger ne se trouvait pourtant pas là.

Oui. Se relevant, cette demoiselle, débordante de son énergie, voulu observer, de plus près, la nature de ses perturbateurs. En effet, il ne s'agissait plus d'une, mais de deux potentielles menaces... dont une, animale... Etait-il possible de prêter une attention indiscutable à chacune d'entre-elles ? Après tout, ces silhouettes paraissaient bien opposées dans leur positionnement. Tandis que toi, pauvre victime de l'instant présent, paraissait prise entre deux feux...

Alterner entre deux plans de vues, c'était prendre le risque de ne pouvoir constater toutes les composantes d'un changement, sur l'un d'entre-eux. Ce qui fut le cas, puisqu'en basculant son champ de vision, la demoiselle, aux cheveux couleur tournesol, ne perçu pas la raison d'une disparition. Celle de cette ombre enfantine... Essayer de la retrouver à son positionnement initial, paraissait bien futile. Seule la constatation d'un astre éblouissant, paraissait bien hostile.

Un sanglier. Chargeant au sein de cette vaste plaine, parsemée de dunes... le danger était bien réel, pour toute personne se trouvant sur son chemin. Et pourtant. Recentrer son attention dessus, permettait de constater la présence de cette silhouette humaine, jusque là insaisissable. De quelle façon, par quelle magie... A chaque instant vient son évènement, son importance. Peut-être pouvait-il paraître inquiétant, intimidant... cet enfant qui, en dépit du danger, restait stoïque, l'air ailleurs, yeux plissés... lassés.

Ce robuste quadrupède, fonçant avec hargne, ne lui faisait pas peur. Pas le moins du monde. L'aurait-il seulement pu ?... La peur nait en un climat d'incertitude, non ?... Alors pourquoi ressentir pareille émotion, en de telles circonstances ? Toi la spectatrice impuissante de cette scène, laisserais-tu un enfant risquer sa vie, d'une confrontation imminente et inter-espèces ?

La question ne demeurait pas là, car déjà cette rencontre eut lieu. Celle-ci débuta avant même que la jeune fille eut le temps de peut-être courir au secours de l'atypique humanoïde, ou du moins d'y parvenir suffisamment vite. En observant ce dernier, une personne capable de percevoir l'aura ou l'âme entourant chaque vie, aurait probablement été étonnée de constater que celle-ci n'en dégageait aucune.

" ... Quel ennui... " S'exprima faiblement l'enfant, alors qu'il entamait sa première interaction envers l'animal.

Il attrapa l'une de ses cornes, afin de changer la trajectoire du sanglier. Un coup de chance... pas vrai ?... Furieux de se faire ainsi prendre en défaut, la bête se retourna tant bien que mal, dans sa course, focalisant réellement son attention sur le gosse à la tenue bien légère... Il essaya, encore et encore, de le bousculer, sa frustration atteignant des sommets à chaque échec. A chaque fois, repoussé, dévié, avec une nonchalance perceptible. Comme si l'enfant lisait en lui comme dans un livre ouvert, qu'il décodait chacune de ses actions et réactions.

" Tu perds ton temps. "

L'endurance portait ainsi son nom car il s'agissait d'une variante limitée dans le temps. Tout être possédait ses forces, ses faiblesses et ses limites... Ce quadrupède commençait à les atteindre. Il se vidait de son énergie, de sa fougue caractéristique aux membres de son espèce. Ses mouvements ralentissaient, sa vitesse s'amenuisait... Sa respiration s'accentuait, il s'essoufflait... En ce qui concernait le garçon au turban... à chaque interaction avec l'animal, une aura particulièrement bleutée et foncée se manifestait autour de lui, pour disparaître aussitôt, à la fin du contact.

Des informations, nous en demandons à longueur de journée... Néanmoins, il vaut parfois mieux ne pas en désirer... Quoi qu'il en soit, l'animal désormais à terre, occupé à reprendre son souffle, à se reposer maintenant calmé... toute menace paraissait écartée. L'enfant s'assit donc, par la suite, à ses côtés, en tailleur. Il regardait le paysage, ne paraissant même pas enjoué de sa performance... Enjoué de rien, visiblement.

" ... C'est toujours pareil... " Marmonna-t-il, en un bref soupir, dénué d'émotion quelconque, alors de profil à sa potentielle interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    Avez-vous déjà imaginé être dans un rêve, mais en même temps être dans la réalité ? Pour Eva, en ce moment présent, c'est son ressentit sur l’événement qui se passe devant ses yeux. Les silhouettes avaient fini par devenir visible aux yeux de tous. L'un est un petit garçon au trait atypique, oriental Elle s'apprêta à courir pour aider le petit garçon contre l'autre silhouette qui a pris la forme d'une bête, un sanglier. Elle resta spectatrice de la scène tel un rêve dont elle ne peut interagir. Le genre de rêve où vous courrez sur place, vous hurlez, mais aucun son ne sort, vous êtes plus maître de vous-même. A-t-il réellement besoin d'elle ? Non. Il évita chaque coup porter par le sanglier, il ressemble à un chat.

    Elle n'est pas effrayée par le petit garçon, car c'est un enfant. S'il y a bien une chose sur cette terre qu'elle n'a pas peur, c'est bien des enfants. Leur âme est la couleur de la paix, de la pureté, blanc. Elle garda tout de même ses lunettes de soleil, par habitude ou parce qu'elle les a oubliées. L'enfant gagne le combat contre la bête, il n'a eu aucun problème à l'épuiser et Eva resta assise sous l'arbre. Que pouvait-elle faire de toute façon ? Il maîtrisait à la perfection le sanglier, il n'avait guère besoin d'une entremetteuse. En temps normal, elle aurait certainement aidé malgré tout le petit garçon, mais il y a quelque chose d'étrange chez cet enfant. Son instinct de détective, tel un signal alarme sonna à la vue de cet enfant, un danger ? Non, autre chose. Il suffit qu'elle regarde son âme pour voir, mais elle préféra oublier. Aujourd'hui, elle est bien décidée d'être une simple dévoreuse de livre.

    L'enfant quant à lui est bien décidé à ne pas laisser tranquille, il s'assoit à ses côtés admirant le ciel bleu dont le nuage blanc commence à apparaître. Le ciel bleu lui rappel sans cesse les âmes, celle des sages. Elle les admire, car eux ils sont réussis à combiner parfaitement l'expérience, la sagesse, la confiance en soi, une chose qu'elle n'arrivera certainement jamais à accomplir. Elle l'écouta, il parle tel un adulte qui n'a plus rien à faire de ce monde. Elle prend l'un de ses livres où le titre allait parfaitement avec la situation, en tout cas c'est ce qu'elle pense. Elle lui tendit le bouquin dont le titre est : La sagesse de l'enquête. Un titre qui ne veut strictement rien dire, mais le fond est extraordinaire.

    -Tu veux lire avec moi ? Demande-t-elle en souriant. Ils sont où t’es parent ? Demande-t-elle raisonnant de nouveau comme une femme responsable.

    Elle était tellement déconcertée par la scène qui s'était déroulé devant ses yeux, qu'elle avait oublié ce qu'est un enfant. Le jeune garçon c'est peut-être perdu, ses parents peuvent le chercher. Comme tout bon détective, elle doit d'abord obtenir sa confiance pour en savoir plus sur lui. Elle doit reconnaître que cet enfant possède un talent inné avec les sangliers ou alors… Est-ce une de ces personnes qu'on appelle Orinien ? Elle-même en était une, en tout cas elle a appris il n'y a guère longtemps. Elle soupira et posa le livre à côté du jeune garçon pour qu'il puisse le prendre s'il le
    souhaite.

    -Sinon, j’ai d’autres livres. Dit-elle en montrant le tas de bouquin.

    Pour les enfants la lecture n’est pas réellement une activité qu’ils aiment, ils préfèrent généralement les activités comme les jeux du chat et la souris. Hélas, elle ne sait pas jouer à ce genre de jeu, le seul qu’elle connait doit être celui de la chasse au trésor. Elle le regarda avec un grand sourire, elle préféra attendre sa réponse avant de lui demander son nom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Que pouvait-il voir, à travers ce ciel bleu, aux nuages cotonneux ?... Ce regard, presque absent, mort ?... Ces yeux jaunes, ne reflétant la moindre émotion, paraissaient faire tache avec la figure enfantine de cette mince silhouette. Chaque évènement possède sa justification, son explication... qui ne se dévoile parfois qu'après bien des interactions.

La jeune femme paraissait vouloir créer un lien amical avec cette chétive silhouette, aux allures singulières. Tout deux assis non loin de l'autre, cette première commença donc à engager la conversation. En fait, elle désirait également des informations. Une réaction logique que de demander à un enfant esseulé si ses géniteurs sont à proximité... Une interrogation qui eut le mérite de faire pivoter la tête du garçon, afin qu'un échange de regard puisse s'opérer. Enfin, façon de parler...

L'enfant prit le livre avec une délicatesse particulière. Ses yeux commençaient à parcourir la couverture, alors que maintes questions parcouraient visiblement l'esprit de cette détective en herbe. La Sagesse de l'enquête... Une lecture qui lui paraissait bien appropriée. Le garçon aux mèches rousses ne semblait pourtant pas plus enthousiaste... Son expression n'avait pas changé, il affichait toujours cette mine lassée... A vrai dire, le changement résidait seulement en la divulgation de son aura, toujours noirâtrement bleutée. Elle s'était manifestée à nouveau, au contact de cette oeuvre littéraire, maintenant...

" ... Les apparences sont parfois trompeuses... La simplicité peut ne faire qu'office d'épure d'une complexité bien plus périlleuse, pour qui possède le fardeau ou le don de la percevoir dans son intégralité. A force de remarquer les plus infimes détails, les sages se voient recevoir les outils d'une conception plus avancée du monde qui les entoure... pouvant aboutir à un émerveillement des plus souhaitables, tout comme à une perte totale d'intérêt envers ces mystères résolus... Doit-on nécessairement chercher à rompre les barrières nous séparant, nous protégeant parfois de ces vérités ? Tout détective se doit de vouer une projection à ses actions, tant leurs conséquences pourraient s'avérer significatives sur l'avenir... "

Il fixait la demoiselle à la svelte stature, en ne bougeant pas d'un centimètre, pendant son petit discours. Où venait-il de pomper cela ? Etait-ce l'une de ses propres réflexions ou l'avait-il reprise, d'une source quelconque ?... L'enfant ne mit longtemps avant de retendre le livre à sa propriétaire, faisant toujours preuve d'une minutie presque étonnante pour son âge vraisemblable.

" Une lecture intéressante, à la hauteur d'un esprit en quête de vérité, de savoir... " Précisa cette troublante entité, lâchant finalement son emprise sur le livre.

Voilà encore que cette représentation colorée de son âme, paraissaient s'évanouir de nouveau. Phénomène mystérieux que personne ne serait peut-être en mesure de remarquer un jour. Mais au fond, quelle importance cela pouvait-il bien avoir ? Possiblement aucune comme tout son contraire.

L'enfant au turban voua bien vite son attention à la pile de livre, située non loin de son interlocutrice... Elle aimait vraiment lire, n'est-ce pas ? Jusqu'où cette soif pouvait s'étendre ?... N'était-ce que de la curiosité inconsciente, ou pouvait-elle reconnaître des limites à sa volonté d'apprentissage ? Cette problématique ne traversait l'esprit du garçon que très sommairement. Il n'éprouvait, pour ainsi dire, que peu le besoin de s'y attarder véritablement, en l'instant.

" Je suis désolé... La lecture ne constitue pas une passion chez moi, même si je peux reconnaître ses bienfaits sur la population... En ce qui concerne mes géniteurs... Je suppose que l'on peut affirmer... qu'ils voyagent actuellement à leur manière, sous le poids de diverses contraintes physiques. Ironiquement... je ne dispose plus d'un regard sur ces êtres, pourtant initialement au plus proche du mien. "

De tels développements de phrases, dans la bouche d'un aussi jeune individu, devait probablement surprendre, tant dans la forme que dans le fond. Devait-on y voir une certaine façon de fuir la rudesse de la réalité, en s'enfermant dans des formulations complexes, bien que pertinentes ? Ou devait-on interpréter cela d'une autre façon, plus simpliste ou davantage alambiquée ?

L'énigme humanoïde, aux points rouges parcourant son front, recula sa tête, l'espace de quelques instants... ouvrant alors sa main droite pour en remplacer la position verticale. Une seconde plus tard, une pomme vint à tomber dans le creux de celle-ci. Le garçon commença de suite à la manger, sans même paraître s'étonner de sa présence et encore moins de son état potentiel. Encore et toujours ce même phénomène, cette manifestation colorée... survenue au contact ou... plutôt très légèrement avant le contact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    Dans la vie d'Eva, elle a dû apprendre plusieurs langues comme l'anglais, l'allemand, le français, le japonais. Aujourd'hui toutes ses langues sont une partie d'elle, elle le comprend, elle arrive à l'assimiler, mais son esprit finit toujours par dériver. Pour une quelconque raison, elle n'arrive pas à parler ses langues finissant toujours par répondre dans sa langue naturelle, malgré que l'anglais a fini par en devenir une aussi, certainement parce qu'elle côtoie des Anglais. Eva ressentit la même sensation lorsque l'enfant lui parla. Il lui parle une langue qu'elle peut comprendre, qu'elle peut assimiler, mais dont elle ne peut pas lui répondre dans son langage. Peut-être que sait une anomalie de son cerveau ou il s'agit seulement de tout ce qu'elle est capable de faire en tant qu'humaine. Elle écoute attentivement comme-ci elle perçoit une chanson, une poésie. Ce jeune garçon parle comme un adulte, mais aussi comme un homme de science ou d'un philosophe.

    Elle s'arrêta de réfléchir sur la réflexion du jeune garçon ne trouvant aucune réponse qui puisse l'enchanter, après tout, nous devons tous répondre nous même à nos propres questions. Il lui rendit le livre dont elle reprit avec la même délicatesse. Elle s'en doutait, cela n'intéresse pas les enfants de son âge de lire les livres. Elle doit être un cas à par d'avoir eu comme passion de lire ce genre de bouquin alors qu'elle n'arrivait à peine à lire. Elle se rappelle la première fois dont elle a tenue un livre, de la couleur de celui-ci, de l'odeur et de la sensation lorsqu'elle tournait les pages. Elle ne l'oubliera jamais son premier livre : Le Chien des Baskerville.

    Elle plongea dans les profondeurs de ses souvenirs oubliant le petit garçon pendant quelques minutes. Les images défilèrent en elle, tel une vidéo dont on défile à grande vitesse. Elle put voir sa mère, le détective, sa grand-mère, son ancienne école.
    Le soleil se glisse à travers l'un des nuages, éblouissant sont visages pour la ramener sur terre. Elle put entendre les excuses du jeune garçon. Elle lui tendit un grand sourire, il n'a pas besoin de s'excuser pour ce genre de choses, après tout chaque humain a le droit d'avoir ses propres rêvent, ses propres passions.

    -T'es parents ne sont pas là… Dit-elle dans un murmure.

    Comment peuvent-il laisser un enfant seul dans une forêt ? À la façon dont il parle, elle a l'impression qu'ils ne sont plus de ce monde. Elle tourne sa tête et se lève. Elle regarde la plaine des Lande, par où déjà doit elle aller ? Elle ne se souvient plus trop par où elle est passée, mais de toute façon cela ne doit pas être si grand que ce que le paysage lui montre, n'est-ce -pas ? Cela doit être trompeur, non ? Elle s'imagine perdu avec un enfant dans la Lande. A cet image, elle fit un drôle de visage, mais heureusement le petit garçon ne peut la voir ayant le dos tourné à l'enfant. Elle doit avoir une boussole dans son téléphone, si celui-ci capte… Il n'y a pas l'air d'avoir d'antenne, mais il doit bien y avoir du réseau, non ? Elle préféra y penser plus tard, d'abord elle doit aider cet enfant.

    -Cela peut devenir dangereux ici pour un enfant, je te ramène chez toi, où habites-tu ? Demande-t-elle.

    Elle se retourne pour le regarder mangé une pomme, puis elle lui tendit sa main. Elle compte bien le ramener chez lui et enguirlander les tuteurs de cet enfant quel qu'ils soient. Elle ignore tout de cet enfant, mais il y a une chose dont elle est certaine, elle n'aime pas voir un enfant seul sans ses parents. Dans ses moments là, elle repense souvent à sa mère et du sacrifice qu'elle a fait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Quelle jeune fille pure d'intentions néfastes... L'enfant avait beau s'exprimer tel un adulte, cette demoiselle ne paraissait pas vouloir le laisser de côté pour autant. Mieux, elle voulait l'aider en le ramenant chez lui... Chez lui... Mais où était-ce, chez lui ? Etait-ce seulement possible d'y retourner ? Aurait-elle seulement été en mesure d'assumer un tel défi ?...

Elle lui tendait la main, paraissait confiante de la marche à suivre... Fille aux cheveux tournesols, qu'il était bien naïf de pouvoir prétendre mener une danse, en l'absence d'informations suffisantes sur ton entourage, ainsi qu'envers ton environnement... Cependant, l'invitation était sincère, il n'y avait pas de raisons d'établir un refus à cette proposition des plus altruistes.

Le petit garçon attrapa la main de la détective, réitérant le phénomène précédemment décrit... L'emprise exercée ne dérangeait pas cette figure mystérieuse, qui n'essaya pas de l'écourter, après s'être relevé. De plus, cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas eu l'opportunité d'un contact humain.

" Ta question demeure moins simple qu'elle n'y parait. Je réside partout et nulle part à la fois... En tous lieux, en tous temps. Je n'ai pas de domicile fixe. Je n'ai plus de domicile fixe. Mais... Il existe bien un endroit où j'ai ma place. Un seul endroit... Je peux te partager sa découverte. Ce n'est pas très loin d'ici. "

A la suite de ses dires, la silhouette au turban pointa une direction, de son index. D'ici, il était difficile d'interpréter la destination, bien qu'elle ne paraissait pas se situer en centre-ville... plutôt en milieu rural. Peut-être une maison retranchée, un héritage ou une cabane de fortune, qui sait...

Le garçon entama la marche, d'un pas tranquille bien qu'assuré. Il savait parfaitement où il allait, ne semblait du moins pas laisser un quelconque signe de doute, sur son visage lassé. La brise se rafraichissait, peu à peu... pas suffisamment pour faire flancher une personne à moitié torse nu, pourtant. Le soleil offrait un majestueux spectacle de couleurs, au sein du ciel, mais également à travers ses reflets sur les hautes herbes...

Tenant toujours la main de son accompagnatrice, le petit garçon continuait son avancée avec calme, la regardant cependant de temps à autres... Quelque chose paraissait le préoccuper. Depuis déjà un certain temps, en fait. Pour tout avouer.

" ... Cela pourrait te paraître indiscret... Seulement, je me dis juste que... nous ne sommes plus face au soleil... La lumière ambiante t'éblouit-elle tant que ça ?... Pas que cette paire de lunettes ne te corresponde selon moi... Néanmoins je considère, pour ma part, qu'elles ont pour conséquence un brouillage certain de la perception, envers le monde qui t'entoure. Le perçois-tu autrement ? " Osa-t-il demander, avec une retenue notable.

Certaines personnes pouvaient être anormalement sensibles à la lueur extérieure, ce n'était pas très habituel, mais de tels cas subsistaient... Le soleil se couchant de plus en plus, la jeune femme aurait possiblement la chance de pouvoir enfin percevoir son environnement, sans devoir s'aider d'un filtre assombrissant. N'est-ce pas ?... Une hypothèse facile. Cependant, il pouvait y avoir d'autres explications à cacher ses yeux. Comme par exemple, la présence d'un oeil au beurre noir, ou plus simplement par style.

Quelle qu'en soit la raison, le but n'était pas de lui forcer la main. L'enfant ne voyait pas d'intérêts personnels à obtenir la réponse exacte à son interrogation, mais disons qu'au moins, cela faisait passer le temps... Enfin, là une question de point de vue... Car la perception temporelle restait relative, changeante en fonction des espèces et de leur état actuel.

Au loin, on pouvait déjà percevoir, comme une clairière... Le statut surélevé des deux humanoïdes permettait de constater la présence d'un lac, autour duquel paraissait siéger une résidence d'une certaine taille... S'agissait-il de la destination promise ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    Est-ce que l'enfant a un domicile fixe ? Voilà la terrible question qu'elle se pose sur le petit garçon. Peut-être vie-t-il de maison en maison, de foyer à orphelinat. Pauvre enfant. Elle se laissa entraîner dans la Lande avec l'enfant, mais où vont-ils ? Impossible de savoir, elle ne connaît pas encore bien cette ville ou même le Canada. Elle ne connaît rien n'a la vie d'ici, elle commence seulement à apprendre avec la famille du détective qui l'héberge. Elle aurait peut-être dû demander une carte. Ils marchèrent ensemble, elle n'osa trop parler ne sachant quoi dire. Elle n'a pas l'habitude d'être aussi longtemps avec quelqu'un ou d'avoir une discussion assez basique comme le temps, les saisons. Elle a plus l'habitude de poser des questions pour ses enquêtes ou de demander son chemin. C'est tout nouveau surtout qu'il s'agit en plus d'un enfant. Elle n'a pas l'habitude des adultes qu'elle ne connaît pas, mais alors des enfants c'est encore pire. Pendant un long moment elle est restée chez elle sans compagnon de son âge.

    De quoi parle les jeunes d'aujourd'hui ? De Pokemon ? De carte à jouer ? De portable ? Elle soupira ne connaissant aucune de ses réponses. Au moins elle aura essayé. Ils continuent à avancer partant de plus en plus profond dans la Lande, où la mène-t-elle ? A-t-elle fait bien trop confiance rapidement à un enfant ? Non... Même si cela est le cas, elle sait très bien courir, une championne dans ce domaine.

    Le petit garçon fut préoccupé, elle le regarda et l'écouta attentivement. Elle fit une grimace à l'écoute des paroles du jeune garçon. Elle avait juré de ne jamais rien dire sur son pouvoir, mais après tout, on ne peut pas mentir à un enfant, on peut seulement cacher certain détail. Elle marque un long silence réfléchissant à la meilleure réponse qu'elle peut donner au petit garçon oriental.

    -Mes yeux sont d’une couleur qui terrorise la plupart des personnes, mais en réalité celle qui a vraiment peur c’est moi. Le monde que je vois et certainement différent du tient. Il est bien plus coloré et bien plus cruel. Dit-elle avec tristesse. Les personnes qui nous entoure sont cruels. Dit-elle en regardant le ciel bleu foncé. Tu veux les voir, mes yeux ? Demande-t-elle au petit garçon.

    Après ce qu'elle vient de dire, le petit garçon ne voudra certainement pas voir ses yeux, mais si oui ? Pourra-t-elle les enlever ? Il s'agit seulement d'un enfant, elle n'a pas besoin d'être effrayé, leur couleur est toujours la même, un blanc de pureté allant parfois vers le bleu. Si vraiment il le souhaite elle lui montrera ses yeux rouges de démon.

    La nuit commence à tomber, elle ne l'a même pas remarqué. N'est-ce pas dangereux d'être à cet heure-là dans ce genre d'endroit ? Elle-même l'ignore, mais si sa mère l'apprenait par on ne sait qu'elle moyen certainement qu'elle lui ferait la leçon ou même Jessica, la terrible tante.
    Un lac se dessina devant eux, elle n'a pas pu s'empêcher de sourire au vu du paysage. Le lac reflète les étoiles qui commencent à apparaître où est-ce l'intérieur du lac orné par des roches scintillant ? Elle aperçut ensuite une petite cabane qui a l'air abandonné. Vie-t-il ici tout seul ? De quoi se nourrit-il ? Elle décide d'arrêter la marche puis elle s'agenouille pour arriver à la hauteur de l'enfant.

    -Est-ce que tu vis ici tout seul ?


    A-t-il fugué de chez lui ? S'est-il réfugié dans cet endroit ? Elle compte bien avoir les réponses avant d'y entrer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Voilà déjà un certain laps de temps que l'enfant attendait une réponse à sa question... Oh, le temps... Cette notion n'avait plus beaucoup de sens pour lui... Qu'il s'écoule lentement ou rapidement, quelle différence ? Au final, ce qui doit arriver finit toujours par arriver, n'est-ce pas ? Il est inutile de fuir une réalité dans laquelle nous sommes pourtant bien prisonnier.

Finalement, la demoiselle aux cheveux dorés décida de lui avouer la vérité, ou du moins, une partie de celle-ci... Elle complexait. Ses yeux la faisait souffrir du regard des autres, enfin, de ce qu'elle en suspectait. Visiblement, elle semblait émettre l'hypothèse que sa vision du monde était très certainement différente de celle du petit garçon... Voilà qui représentait une information des plus véridiques.

Néanmoins, aller jusqu'à dire que la vision de la jeune femme était plus colorée et plus cruelle, aurait été exagéré... L'enfant possédait lui aussi une représentation du monde assez particulière, même si il ne laissait pas l'opportunité de le percevoir. Il cachait un secret en mesure de décontenancer n'importe quel individu de ce monde, un lourd fardeau qui fut le principal responsable de son état actuel...

" Je vais potasser l'offre que tu me fais... Je te dirai peut-être ce que j'en pense, une fois que nous serons arrivés à destination. " Répondit le mystérieux personnage, à la peau plutôt bronzée.

Presser les choses pouvait s'avérer intéressant, mais il valait parfois mieux attendre quelque peu... Le garçon au turban profita de ce court arrêt, dans la marche, pour déposer sa pomme, à moitié dégustée... Le sol était légèrement en pente, maintenant, mais elle tiendrait assurément sa stabilité pour un moment. Ils n'étaient plus très loin du lac et, assez proche de celui-ci, une modeste cabane allait bientôt représenter leur point d'arrêt...

La masse d'eau, s'offrant maintenant à eux, s'étendait assez largement sur l'espace environnant. Sa surface scintillait presque... A la fois un spectacle offert par le ciel étoilé, se dessinant peu à peu, mais aussi de par la composition rocheuse de l'endroit, renvoyant les photons avec irrégularité et donnant à l'eau cette couleur étrange, presque mystique...

Maintenant au creux de cette modeste vallée, la petite habitation, vraisemblablement dans un état peu louable, était enfin à proximité des deux humanoïdes... C'est à cet instant, qu'elle s'agenouilla pour poser une question à cet enfant, que rien ne semblait pouvoir étonner. Vivait-il seul ici ? Ah... Sauter les étapes n'était jamais source de réussite. La question primordiale, aurait déjà été de savoir si il vivait dans cette cabane, tout simplement... au vu de son état relatif.

" Bien tenté. Néanmoins, il me semble que tu te méprends sur un point. Cette triste demeure n'a jamais eu l'occasion de représenter un lieu de repos pour moi... malheureusement... "

Vrai. En réalité, il n'avait aucune raison d'y séjourner. La mystérieuse entité n'avait pas besoin d'endroits de ce genre, pour se sécuriser. Cela n'avait pourtant pas toujours été ainsi... Le garçon regrettait cette époque où de telles bâtisses auraient pu représenter un espoir pour lui. Les temps changent, tout comme d'autres facteurs regrettables finissent immanquablement par survenir...

Le petit être tourna la tête en direction du lac et invita la demoiselle à en faire de même... A bien y regarder, une sorte d'imposant manoir paraissait siéger, aux abords de cette large et profonde mare. Il n'avait pas été possible de le constater, auparavant, car l'orée de la forêt paraissait lui octroyer un léger renfoncement dans celle-ci. Cependant, à présent, la situation paraissait bien plus claire.



Une petite silhouette se trouvait à quelques mètres d'eux. Trop loin pour les entendre discuter calmement, trop occupée pour les remarquer du regard... Une petite fille en mignonne robe de chambre, de couleur jaune, à la peau assez pâle, se tenait accroupie... Elle paraissait regarder son reflet ou celui de l'eau, un petit cousin entre ses mains. Ses cheveux, détachés, étaient d'un gris rosé, se dégradant vers des teintes plus vives et plus affirmées, à leur pointes. Son serre-tête était pourvu de cornes, que l'on pouvait déjà estimer comme molles et purement esthétiques.

Alors, le garçon à la tenue orientale lâcha la main de son accompagnatrice, pour se positionner juste devant cette dernière... lui laissant pour tableau la vision de deux enfants, que tout paraissait opposer. Si il avait fallu donner une couleur à l'âme de la petite, celle-ci aurait probablement pris une lueur incertaine, instable... Blanche de pureté et d'innocence, mais aussi noire de tristesse et d'angoisses profondes...

" ... J'ai bien réfléchi à ta proposition... Tu n'as aucune crainte à avoir, car je ne suis pas facilement impressionnable. Je veux bien voir tes yeux... Confronte-nous à ta vision de la réalité et voyons ce qu'il en ressort... " S'exprima alors finalement cette figure des plus stoïques, suffisamment faiblement que pour ne perturber la scène derrière lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    Avez-vous déjà regardé un film d'horreur ? Bien sûr que oui, tout le monde a au moins regarder un film d'horreur. Eva, n'en a jamais eu la possibilité, la télévision lui était pour la plupart du temps bannie. Elle avait autre chose, les bouquins. L'un d'entre eux n'était pas celui d'un livre policier, mais bien un livre d'horreur qu'elle n'a jamais terminé. Là, maintenant, elle regrette de ne pas avoir terminé le livre, car elle ne sait guère s'ils sont survécu.
    Tout lui donne l'impression d'être dans un livre d'horreur, l'ambiance, les enfants, la lande et les bruits des animaux. Elle écouta l'enfant qui finit par lâcher sa main pour aller vers la petite fille. Une jeune fille qui donne encore plus de mystère à tout ce qu'il se passe. Est-ce un rêve ? Se trouve-t-elle dans un livre d'horreur ou fantastique ? La réponse ne lui vient pas. Elle ne parle plus, elle ne fait que regarder tout ce qu'il se trouve autour d'elle. Ce qu'elle pensait être une cabane est un château où elle eut l'impression que des centaines d’œils la regardent. Elle entendit le battement des ailes d'un oiseau au-dessus d'elle, un hibou. Elle le regarde plané, volant autour du lac avant qu'il ne la fixe de ses grands yeux.

    L'enfant lui avait dit que cet endroit n'était pas un lieu de repos, alors qu'est-ce ? Un endroit où il rencontre d'autres enfants ? Sont-ils des fantômes ? Elle n'y croit pas, mais là, maintenant, son imagination déborde de tous les côtés. Vous pouvez imaginer la situation pendant quelques secondes. Elle s'est laissée entraîner par un enfant qui la conduit vers un lac où se trouve un château où habite certainement une petite fille. Vous réagissez comment ? Vous fuyez, non ? Alors, pourquoi elle ne bouge pas ? Parce que c'est une fille au raisonnement logique, normalement. Elle est détective, elle ne croit pas au surnaturel… Bon, elle possède un don, mais de là à croire aux fantômes. L'esprit d'Eva est embrouillé entre sa peur et sa logique de détective. Elle doit reprendre le dessus, mais comment ? Elle respire et expire à plusieurs reprises. Il faut penser de façon logique.

    / C’est un enfant qui m’a conduit ici… Il y a une petite fille, peut être sa sœur ? Il ne se ressemble pas du tout… Viennent-ils ici pour s’amuser ? Oui, certainement. Voilà ! C’est bon, je suis calme. / Pensa-t-elle

    Elle reprit le contrôle de son esprit, de son âme pour enfin voir la lumière de ce qu'il se passe autour d'elle. Elle regarde la petite fille de plus près remarquant sont serre-tête peu commun. La petite fille est pâle, mais elle n'a pas l'air malade. Le petit garçon s'exprime de nouveau, il souhaite voir ses yeux ? Au final, dans le livre d'horreur, n'était-ce pas au final la victime le démon ? Elle lui fait un grand sourire, calmement elle enleva ses lunettes de soleil laissant ses yeux rouges voir le monde. La lumière du lac l'éblouit pendant quelques secondes avant de voir les âmes des deux enfants.

    Elle s'écarte de quelques centimètres, mais la surprise est affichée sur son visage. Elle a dû mal à voir l'âme du garçon comme-ci elle est camouflée par quelque chose… Peut-être se construit-elle ? Aucune idée, elle n'a jamais vu de sa vie. Elle pose ensuite son regard sur la demoiselle, une âme aussi blanche que les nuages, mais elle put voir des tâches noires qui se forment. Ils n'ont pas dû avoir la vie facile, mais à cet âge-là avoir déjà une âme qui devient noire est assez triste. Elle les regarde tout en prenant place sur l'herbe fraîche.

    -Bonjour jeune fille, je suis Eva Lons. Je ne t'ai même pas demandé ton nom, comment appel-tu ? Demande-t-elle au petit garçon tout en pensant que la nuit risque d'être très longue.

    Elle regarde les deux enfants tout en jetant un coup d'œil au château qui ne lui donne vraiment pas envie d'y faire un tour. Elle est pratiquement sûre de ne pas y ressortir intact que ce soit psychologique ou physique. Que font deux enfants ici ?
    Le ventre d’Eva grogna si fort qu’il fit écho. Au moins le petit garçon avait mangé une belle pomme. Elle leur fait un grand un sourire tout en cherchant dans son sac des barres de chocolat. Elle remerciera plus tard la tante Jessica. Elle finit par sortir une tablette de chocolat toute neuve qu’elle cassa en trois morceaux.

    -Vous en voulez ? Sinon, je mange tout. Dit-elle en croquant dans un des morceaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
La perception du temps est relative, tout comme celle de l'environnement... Une situation peut sembler magnifique à l'un, déstabilisant pour l'autre... La détective commençait, en effet, à arborer une vision apeurante de la position dans laquelle elle se trouvait. Il était vrai qu'il y avait de quoi se montrer surpris, entre le charme mystérieux de cet endroit reculé, mais également envers ce manoir, pourtant en excellent état, bien que le contraste présent pouvait lui donner un air aussi sinistre que la cabane.

Le plus objectivement étrange, devait sans doute être la présence de cette petite fille, si l'on omettait bien sûr son homologue masculin... La jeune femme avait-elle raison de se crisper ainsi, ou ne se faisait-elle que des idées ?... Lire beaucoup d'histoires pouvait s'avérer bien pratique, même si il ne fallait pas se laisser dominer par celles-ci. Une imagination trop fertile, plus que de colorer notre perception du monde, pouvait également mener à la destruction.

Tu as du mal à voir son âme ?... C'est déjà étonnant qu'il lui en reste une, à ce petit garçon, dont les épreuves subies parvinrent presque à le briser définitivement... Personne n'est préparé à voir ce qu'il a vu, à ressentir ce qu'il a ressenti, à endurer ce qu'il doit endurer depuis maintenant si longtemps... Mais peu importait, seul comptait le moment présent, si étant donné que ce dernier existe.

" ... Tu peux m'appeler... Quanta... Surtout, ne te montre pas trop brusque avec elle. " Répondit le petit garçon, à la question lui étant posée.

Il s'asseyait dans l'herbe, en tailleur, comme d'habitude. Ces deux filles étaient-elles prêtes à se parler ? Chacune manifestait de la crainte... Cette jeune fille, aux cheveux enchanteurs, s'était montrée surprise, lors de son interpellation... se relevant rapidement et serrant fort son coussin, effectuant même un mouvement de recul... Ses yeux paraissaient d'une grande profondeur et les teintes bleutées, indigos, voire mauvées de ces derniers, renvoyaient l'impression de plonger dans l'espace infini...

La jeune Kumari n'avait pas l'habitude de se faire déranger en ce lieu... A bien y regarder, cette demoiselle, aux cheveux tournesols, ne paraissait pas bien méchante, plutôt sympathique, à vrai dire. Surtout qu'elle lui proposait gentiment un carré de chocolat. Néanmoins, il s'agissait là d'une facette que les humains maîtrisaient très bien... Celle du mensonge, de l'hypocrisie, de la brutalité physique et morale. Comment refaire confiance à ceux qui l'ont aussi sèchement mise à l'écart ? Monstre... les monstres ne méritent pas de vivre, n'est-ce pas ?... Shanti n'était qu'un monstre pour les humains.

Quelle vision étriquée de la réalité... Se complaire dans ces raccourcis faciles ne pouvait nullement sauver une âme en déclin. Eva Lons... Disposais-tu des moyens pour gagner la confiance d'un enfant, aussi atteint par la rudesse sociétaire ? Après tout... tu étais bien placée pour savoir ce qu'elle pouvait endurer, non ?... Vivant jour après jour, au sein d'une grande demeure, pour se sécuriser du monde alentour.

" ... Kumari Shanti... Soit apaisée... Nous ne sommes pas comme eux... mais bien comme toi. Cette particularité... fait que nous sommes pareils. Calme-toi... "

Oui, il valait mieux tenter de la détendre, avant de risquer la réapparition de son Orion. Elle ne le maîtrisait pas, après tout. Il pouvait se manifester rapidement, en fonction de son état émotionnel... En témoigne déjà quelques pétales de fleurs, significativement ralenties dans leur course, alors qu'initialement portées par la brise.

A la proposition qui lui fut faite, la jeune silhouette, répondant visiblement au nom de Quanta, refusa sa part de chocolat... demandant plutôt de la transmettre à la petite fille. Quanta n'avait pas besoin de manger... D'ailleurs, il n'avait pas besoin d'un logement... Il n'avait besoin de rien. Ou plutôt, ne ressentait plus le besoin de quoi que ce soit. Il avait un objectif, un engagement à tenir... et puis c'était tout. Comment aurait-il pu en être autrement, de toute façon ?

" ... Vous... Vous n'allez pas me faire de mal ?... " Demanda l'adorable bambin, larmes de peur aux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    Il s'appelle donc Quanta, un prénom original, en tout cas elle n'avait jamais entendu quelqu'un qui se nomme ainsi. Il faut bien une première a tout. Il s'assoit sur l'herbe à son tour ne prenant pas de morceau de chocolat. Au moins, elle en aura plus pour elle, son ventre doit le remercier intérieurement. Combien de temps vont-ils rester ici ? N'est pas dangereux pour eux trois ? Elle regarde avec ses yeux pour voir les âmes aux alentours, mais a par celle des animaux et des deux enfants, il n'y en a aucune. Elle fut soulagée de ne pas avoir d'âme rouge ou de démon. Elle aurait certainement fui avec les deux enfants le plus loin possible. Quanta lui demanda de ne pas être brusque avec la petite fille qui a un regard apeuré depuis tout à l'heure.

    La petite fille, celle à la pureté sans nom est terrifié. La petite fille aux yeux bleus lui rappel une poésie que sa grand-mère murmurée de temps en temps lorsqu'elle pensait être seule. Le souvenir est assez lointain et les paroles se sont mélangées entre elles, mais il n'empêche qu'elle se souvient du fond du poème qui signifie de vivre tel un oiseau blanc dans les nuages, vivre de liberté, sans barrière. Pourquoi a-t-elle se souvenir en regardant la petite fille ? Certainement qu'elle ressemble à un oiseau emprisonné par sa peur. Que lui dire pour ne pas qu'elle soit effrayée par elle ? Doit-elle cacher ses yeux de démon pour ne pas qu'elle a peur ? Non, elle a l'impression que cela ne suffira pas. Eva Lons est sans doute dans l'abus, mais elle n'y connait rien en confiance ou sur les enfants, mais elle sait comment ne pas avoir peur d'une personne. Il y a deux possibilités soient la fuite, soit on doit écarter toute possibilité que cette personne ne puisse faire aucun mal. Elle posa sur son sac la barre de chocolat tout en retirant sa veste faisant apparaître sa chemise noire. Elle entoura ses deux mains avec la veste créant un nœud de marin pour être sûr qu'elle-même ne puisse pas se détacher.
    Elle tira avec sa bouche le côté droit tandis qu'elle tire avec sa main l'autre côté. Ses mains à partir de maintenant sont bloquées. Elle-même pensa qu'elle est stupide de faire ça, car après tout, la petite fille peut encore craindre Eva Lons. Le petit garçon parla à la petite fille pour la rassurer en même temps qu'Eva finit par bien bloquer ses mains, elle essaya de le retirer, mais sans une aide extérieure elle est bien bloquée à présent.

    La phrase de Quanta raisonna dans sa tête rappelant à la jeune fille qu'ils sont identiques. Est-ce que cela voudrait dire qu'ils sont comme elle ? Maintenant elle comprend. La petite fille parla enfin d'une voix cristalline, elle regarde tout en écoutant l'énergie de son âme qui gigote dans tous les sens, lui aussi est terrifié.
    Comment pourrait-elle faire du mal à quelqu'un ? Elle n'arrive même pas à tuer une mouche… Cela n'a peut-être rien avoir, mais une mouche c'est si bruyant, si déplaisant et pourtant elle n'a même pas le courage de venir à bout de cet insecte le laissant continuer sa route. Elle regarda la petite fille et lui montra ses mains qui ne peuvent plus bougé à cause du nœud qu'elle s'est elle-même fait.

    -Je ne te veut aucun mal. Quanta tu peux vérifier si tu le veux que je ne puisse pas bouger les mains. Dit-elle en souriant. Je ne te demande pas d'avoir confiance en moi, mais au moins de ne pas avoir peur que je te fasse du mal. Dit-elle en regardant la petite fille. On peut faire aussi un marcher, je vous raconte ce que je suis en échange vous arrêtez de me voir comme une personne hostile ? Demande-t-elle sérieusement.

    Elle avait promis de ne pas raconter ce qu'elle est… Mais la situation la force à le faire, ce sont des enfants dont l'un est un mystère et l'autre est une autre énigme, mais avec la peur en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Intéressante... Cette femme était intéressante... La bonne volonté qu'elle manifestait était essentielle à l'instauration d'une confiance, envers elle et son interlocutrice. Quanta observait la scène qui se déroulait sous ses yeux, avec grande attention, bien qu'il ne semblait pas transmettre un quelconque signe d'intérêt à celle-ci. Le moment fatidique approchait...

La petite fille, de son côté, paru quelque peu étonnée... concernant le geste entreprit par la dame aux cheveux tournesols et visant à se lier les mains, mais aussi concernant les paroles qui lui furent adressées. Mécaniquement, la Kumari recula un peu plus... avant de se relâcher faiblement. Peut-être que cette élégante silhouette était sincère, en fin de compte...

" Nul besoin pour moi de venir vérifier, pour l'affirmer solennellement... Tu es bien attachée... "

La petite Shanti fixait désormais cet étrange garçon, qu'elle aurait préféré ne pas revoir... Lui qui s'était montré si dur, lors de leur dernière altercation. A ce moment... où tout allait mal, où le monde entier lui semblait l'écraser, où elle désespérait de trouver un jour sa place... il l'avait critiquée, lui avait fait savoir qu'elle n'était vraisemblablement qu'une intruse parmi son entourage. Alors pourquoi revenait-il la voir ? Pourquoi, si ce n'est pour l'enfoncer davantage ?...

A cette pensée, l'enfant au turban la fixa avec indifférence. Il était bizarre... Elle n'avait jamais vu quelqu'un comme lui... Il faisait des leçons de morales, mais lui-même paraissait faire complètement tâche avec son environnement. Et où vivait-il, d'ailleurs ? Il était proche d'une propriété privée et agissait comme si la terre entière représentait sa maison. Il était à la rue ou agissait-il ainsi pour une toute autre raison ?

Parfois, il était bon de se projeter à la fois dans l'avenir, et dans le déroulement des épreuves passées... Quelque chose jugé d'insignifiant, peut parfois conduire à l'élaboration de grandes ambitions. Ces détails, souvent négligés, parviennent, ensemble, à former les clés du changement. Mettons que Shanti n'aurait pu parvenir à sa position présente, pour tout un tas de raisons... A quoi aurait ressemblé la suite de son aventure ? A pire ou à mieux ?... Objectivement, il était difficile de l'affirmer.

En réalité, il était surtout envisageable de théoriser qu'un mal pouvait être nécessaire pour un bien... et inversement, que l'apparition d'un bien, pouvait malheureusement représenter le signe avant-coureur d'une terrible malédiction. Si vous aviez l'opportunité de choisir la répartition de vos peines, en fonction de ce qu'elles pourraient apporter, que feriez-vous ?

" ... D'a... D'accord... Je, je viens... " Se prononça la demoiselle, aux yeux indigo, acceptant ainsi le marché.

Elle commençait à s'approcher... avec une certaine retenue, toutefois. Mais elle faisait les premiers pas. Elle fixait la belle dame avec inquiétude, hésitant à plusieurs reprises de s'éloigner... Selon la Kumari, elle avait de beaux yeux. Ils avaient quelque chose d'envoutant... Ca lui rappelait un peu la délicatesse de la braise... Comme lors de ces soirées, passées au coin du feu, à le regarder faire crépir le bois, en toute quiétude...

Arrivé devant cette honnête demoiselle, l'enfant aux longs cheveux rosés porta un regard sur les mains de son homologue adulte. Elle était bien attachée, n'est-ce pas ?... Il n'y avait rien à craindre, pas vrai ?... Mais... elle pouvait toujours lui dire des choses méchantes, non ?... Enfin, le garçon semblait assurer qu'ils étaient tous trois pareils, mais... devait-elle vraiment lui faire confiance ? Là peut-être un plan pour la blesser davantage.

" ... Eva Lons... Alors tu comptes révéler à cet enfant ce que tu représentes exactement... Voilà une initiative risquée mais que je considère efficace... Sache qu'en ce sens, tu n'as rien à craindre, de la part de la Kumari Shanti. Il s'agit d'un être à la personnalité pure, comme tu as sans doute dû déjà le remarquer... "

Il se relevait, ce garçon au look bien oriental... Quanta... d'après l'appellation qu'il voulait bien communiquer. Il regardait attentivement les deux figures féminines, semblant maintenant plus faire figure de lien les rassemblant, que d'individu à part entière... Mais au fond, s'était-il un jour considéré comme un acteur, au même titre que ses interlocuteurs ? Oui, certainement... Chaque personne possède sa place en ce monde, chaque élément... quand bien même tout le monde ne soit pas prédisposé à repérer chacun de ses semblables, chaque mécanisme présent au sein de son environnement.

La petite fille manifestait discrètement de la crainte, envers cette personnalité, paraissant toujours si sûre d'elle et si inflexible... Se faisait-elle des idées ? Ne le jugeait-elle pas un peu trop vite ? Au fond, elle aussi était différente de son entourage... En le fuyant du regard, possiblement ne valait-elle pas mieux que ses anciens camarades de classe. Peut-être participait-elle à son rejet. La peur... bridait la perception que l'on pouvait se faire des autres ? Une remise en question s'implantait peu à peu dans l'esprit de Shanti, alors qu'elle prenait prudemment son carré de chocolat, pour enfin pouvoir ressentir le goût d'une trop rare prise de risque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    La petite fille ne lui fait pas encore confiance, mais elle a au moins réussit à obtenir certainement 10% de sa confiance. Pourquoi est-elle aussi effrayée ? Qu'a-t-elle vécu pour qu'elle agisse de la sorte ? Lui a -t-on fait du mal ? Eva Lons a toujours été protégée par son entourage lorsqu'elle avait son âge, c'est lorsqu'elle est partie voir le monde extérieur que tout a changé. Sa première expérience avec la couleur rouge a été brutale pour Eva, comment ne pas se souvenir du professeur à l'âme rouge ? L'image de cet homme lui revient à l'esprit si rapidement que son visage changea dans une profonde peur et de tristesse. Elle se reprit en main lorsque la petite princesse décida de venir vers elle. Elle ne voulait pas la forcer, mais c'est l'impression que cela donne lorsqu'elle fit un pas, puis un autre tout en continuant de craindre Eva.

    Elle ne lui souhaite aucun mal, elle a été jusqu'à se ligoter les mains sous l'œil avisé de Quanta. Le petit prince qui lui ne craint rien. Il donne l'impression d'être un genre de mur infranchissable, dont rien ne pénètre que ce soit les émotions, les êtres humains. C'est un ressentit qui ne veut pas s'effacer depuis le début et qui se confirme à chaque minute passée avec lui. En les regardant, elle eut l'impression de voir un petit prince et une petite princesse logeant dans un château, mais où sont les parents ? Est-ce comme les Disney, sont-ils morts ? Selon Quanta ils sont loin, voyageant on ne sait où. Pour la petite fille, où sont-ils ? Elle aimerait demander, mais la princesse ne lui dira certainement rien.

    Elle s'apprêta à parler lorsque Quanta la devança, parlant de son pouvoir et son initiative a le divulguer. Elle hésite. Elle laissa un long silence s'abattre sur la forêt écoutant les hiboux, les murmures des arbres se berçant par le vent. Elle réfléchit à la meilleure manière de parler, d'expliquer ce qu'elle peut voir sans faire peur, sans qu'elle ne soit effrayé de son propre pouvoir. C'est la première fois que la jeune fille parle de ce qu'elle est. En l'expliquant certainement que sa voix tremblera comme une enfant, mais pourtant elle le doit pour elle et pour la petite fille qui tremble bien plus qu'elle.

    -Je vais vous raconter l'histoire d'une petite fille et de ses yeux. Elle était une enfant normale, en tout cas pendant longtemps elle a crue. Comme vous devez le savoir, c'est une histoire, il doit bien y avoir quelque chose qui va… Changer. Dit-elle le regard perdu dans le vide. Un jour elle a vu le monde d'une autre façon, elle a vu des silhouettes, des couleurs autour des personnes. Des choses abominables sortant tout droit d'un film d'horreur. Le monde lui a apparu sans doute, non, il lui a seulement apparu obscure et terrifiant. Dit-elle la voix tremblante. Elle peut voir les âmes de tous les êtres dans ce monde et ils peuvent la dévorer.

    Elle s’arrêta de parler, elle ne peut ni mieux expliquer, ni mieux faire. Pour le moment c’est tout ce qu’elle peut dire, car la peur vient de saisir tout son être alors qu’il s’agit juste d’une histoire qu’elle raconte à des enfants.

    -Malgré qu’elle soit devenue une adulte, qu’elle affronte le monde, elle est toujours effrayée. Dit-elle comme si elle parle d’une autre personne. Cette peur ne doit pas te freiner, juste t’aider à avancer.

    Depuis combien de temps pense-t-elle ainsi ? Depuis quelques minutes. Elle est partie si loin de chez elle tout en sachant qu'elle devrait arrêter d'avoir peur, de fuir, mais de là, à en faire une force. Elle lui fit un grand sourire tout en pensant qu'elle devrait elle-même s'écoutait, mais c'est tellement dur de ne pas avoir peur. Elle respira et expira un bout cou. Elle regarde le prince et la princesse et leurs âmes. Malgré qu'elle n'arrive pas à distinguer l'âme du jeune garçon elle pense qu'il doit lui aussi avoir une âme aux tâches noires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Ce puzzle commençait enfin à prendre forme. Il était désormais possible de distinguer le tableau se présentant sous nos yeux... Seules quelques pièces venaient à manquer, pour clôturer sa résolution. Eva venait en effet de partager son secret à sa manière, d'un élan notable de courage. Cela aurait-il été possible, en des circonstances plus rudes ?...

Shanti s'était montrée attentive, lors du récit de cette histoire, plutôt inattendue pour elle... La jeune femme semblait avoir souffert de sa spécificité. Elle paraissait garder en elle les traces de ses peurs passées... Ainsi devait-elle aussi habituellement garder ses lunettes, afin de ne pas avoir à affronter ses craintes, encore et encore. Il était triste de constater à quel point un don pouvait s'interpréter comme une malédiction, en fonction de l'environnement dans lequel il nous était imposé de vivre...

Les deux individus, de genre féminin, se croisèrent une nouvelle fois du regard... La Kumari réalisait, peu à peu, qu'elle n'était pas la seule à souffrir de sa condition. Pourquoi fallait-il se sentir si coupable, si honteux d'être né avec ces... pouvoirs ?... Ne pouvait-on pas juste se faire accepter, malgré ces quelques différences ? La petite fille ne comprenait pas pourquoi ses camarades la traitaient de monstre. Enfin, si, bien sûr... Juste que... c'était si grave d'être un monstre ?

" Mais... toi, t'arrives à cacher ça... Moi... Je, snif... je comprend même pas ce qui m'arrive... Je veux pas, je veux pas leur faire ça, mais ça arrive ! Snif... Je comprend pas pourquoi ils m'insultent. Je voulais juste... avoir des amis... "

Des larmes coulaient, sur le visage rondelet de cet enfant à la robe de chambre... Elle se cramponnait à son coussin, comme un être en manque d'affection l'aurait fait,  envers la première personne capable de lui procurer l'étreinte rassurante d'un câlin bien trop rarissime. Ah... quelle personnalité tellement fragile... Voilà qui avait toujours eu tendance à ennuyer le garçon au look oriental. Enfin, comme tout en fait. A bien y réfléchir, il aurait été injuste de rejeter toute la faute sur cette jeune demoiselle, en manque d'amour.

Demeurant toujours impassible, l'énigmatique figure entama quelques pas, en direction de ses deux interlocutrices. Chacune d'elle avait osé faire le premier pas, l'une envers l'autre. Cependant, des interrogations subsistaient toujours. Quanta n'apporterait pas une réponse à chacune de ces questions, bien qu'il en était probablement capable... Non. Il devait juste s'assurer que certaines informations se communiquent avec efficacité... Là un devoir qu'il s'était fixé.

Entendant le garçon au turban se rapprocher, la petite Shanti se tourna vers lui et se colla presque à Eva... Assurément, elle se montrait encore un peu craintive de ce véritable mur de glace. Une bonne chose, en soi, puisque cela risquait juste de renforcer les liens de ces premières... Nu pieds, l'entité les dépassa pour se rendre à la bordure du lac, où il laissa tremper ses jambes, maintenant assis.

" L'Orion... " Commença-t-il, en élançant de l'eau, de la jambe, en direction de la Kumari.

Une très légère éclaboussure, prenant donc pour cible cette dernière, failli donc l'atteindre... avant de se retrouver mystérieusement ralentie, dans la majorité de ses gouttelettes... Surprise, la fillette s'était adossée à la dame aux cheveux dorés. Cette émotion subite paraissait en synchronisation avec l'évènement précité. La peur ressentie, avait-elle été le déclencheur de cette vision des plus déstabilisantes ? L'eau continuait en tout cas sa course, même si la lenteur de son trajet paraissait défier les lois de la gravité.

" Certaines personnes remontent l'apparition de cette force, de cette présence énergétique, à des temps immémoriaux... Les théories sont multiples, mais personne ne peut actuellement prétendre dater ou situer l'origine de sa première manifestation. Parfois, il arrive que certains êtres développent en eux une sorte de noyau de cette substance. Comme un concentré... Grossièrement, cela peut aboutir à l'observation de diverses capacités, des plus compréhensibles aux plus surprenantes. Ces individus sont présentés sous le nom d'Oriniens, d'après les dernières traces écrites connues. Nous en sommes tous trois des tristes représentants. "

Quanta fixait les deux humaines, alors qu'il s'exprimait. Valait-il mieux continuer ?... A déblatérer ainsi son savoir, il risquerait de les perdre dans un monologue houleux, sachant que le ton de sa voix n'aiderait en rien la situation, sans compter le fait qu'il commençait à faire nuit... Et bien, il ne ferait que répondre à des questions potentielles, en ce cas. Cela juste après avoir pris le temps d'en poser une lui-même...

" ... Désolé... Tu éprouves des difficultés à la voir, n'est-ce pas ?... Que penses-tu découvrir, si je t'en donne accès ?... "

Tout comme plus tôt dans la journée, le fait de causer une interaction avec quelque chose, avait révélé l'âme du garçon, pendant la courte durée de l'initiative. Possiblement qu'Eva n'avait pas eu le temps ou la possibilité de le remarquer, encore une fois. Quoi qu'il en soit, un mot de sa part suffirait à convaincre l'enfant de lui faire confiance... Enfin, confiance était un bien grand mot. Lorsque vous savez qu'une personne vous est inoffensive, il devient impossible de lui vouer de la confiance, à proprement parler. Cette façon de penser pouvait d'ailleurs facilement se transposer à la foi. Savoir n'est pas croyance, pour ainsi dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    La petite princesse pleure par manque d'amis, d'amour. Comment Eva peut laisser une enfant ainsi ? Elle a certainement bien fait de suivre le petit prince jusqu'ici, car cette petite fille ne souhaite qu'une seule chose ne plus être seule. Eva repensa à toutes ses années dans le château de sa grand-mère qui l'avait enfermé pour ne pas souffrir du monde extérieur. Si elle ne l'avait pas fait ? Si elle avait vécu avec les autres enfants que ce serait-il passé ? Les enfants sont les êtres les plus impitoyables en soi, il ne connaisse pas le mot : Pitié. Ils sont pour la plupart sans aucun scrupule, ils disent tout ce qu'ils pensent sans réfléchir aux sentiments de ceux qui les écoutent. Cette petite fille a dû en faire les frais, mais comment lui dire que tous ne sont pas ainsi ? Elle-même ignore comment elle aurait réagi si elle était une humaine. La peur de ne pas comprendre ce qui est différent de nous, n'est-ce pas à cause de ça qu'il y a des guerres dans notre monde ? Mais eux, certainement que leur regard envers les Oriniens serait tel des animaux ou des monstres. Eva ne s'était jamais mise à la place des êtres humains, de ceux sans pouvoir, car elle les regarde depuis toujours comme des monstres. Au final, qui est le monstre de qui ?

    Elle ne sait pas quel mot serait le mieux à dire dans cette situation, elle la comprend, elle sait ce qu’elle éprouve, mais elle n’a aucun mot. Si elle avait les mots, certainement, elle ne serait pas seule aujourd’hui, son père serait toujours en vie et elle n’aurait pas peur des âmes. Les mots… Elle n’arrête pas d’y penser, mais rien ne vient, celui qui a les mots est le petit prince. Depuis quand c’était-il éloigné d’eux ? Eva l’écoute tel un élève et son professeur.
    Enfin, les mots sortent.

    - Nous sommes peut-être différents, mais nous sommes aussi identiques par nos sentiments. Nous éprouvons tous de la joie, de la tristesse. Nous sommes des Oriniens, mais nous sommes aussi des êtres humains. Dit-elle l'esprit ailleurs. Je ne suis pas du genre à avoir des amis, je ne sais guère si je peux être une amie, mais je peux essayer au moins de devenir un compagnon de route.

    Eva regarde le petit garçon qui lui propose de lui montrer son âme. Le jeune garçon est vraiment étrange, il peut contrôler son âme ? Elle n'avait jamais entendu de telle chose, le monde est vraiment aussi stupéfiant que ses bouquins.

    - Je veux bien. Dit-elle en souriant à Quanta. Petite fille, ne pleure plus. Il n'y a rien de mieux que du chocolat lorsqu'on a une peine. Dit-elle en montrant le chocolat sur son sac. Prends-le, il est pour toi.

    Eva a plusieurs sentiments partagés concernant ses enfants, mais elle a l'impression qu'ils sont pareils qu'elle. Ils sont toujours eus le sentiment d'être seul dans ce monde. Personne n'a dû être là pour eux que ce soit dans les bons ou dans les mauvais moments, mais comment elle pourrait l'être. Eva a toujours été seule, son pouvoir la contraint à s'éloigner le plus possible des hommes et des femmes, mais ses enfants sont différents. Ils sont comme elle. Peut-être qu'elle ne pourra pas faire grand-chose, de plus avoir la confiance de ses enfants ne va pas être facile, mais au moins, pendant un instant, elle devient un bon moment.

    Son regard divergea vers la petite fille, le petit garçon et vers le lac qui est étrange. Elle ne l'avait pas remarqué jusqu'à maintenant, mais tout semble étrange. Qu'est ce qui se passe ? Est-ce le pouvoir d'un d'entre eux ? Elle se frotta les yeux avec la veste qui entoure ses mains. Elle ne préfère pas trop y penser, la situation est déjà assez compliquée ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar


Visiblement, les paroles de la Kumari avaient atteint la jeune dame... La peine d'un enfant pouvait parfois se montrer aussi transcendante que l'Orion. Ce flux empli de mystères. L'humain en comprendrait-il un jour toutes les ficelles ? Possiblement que non. Même pour un Orinien, la tâche de retrouver l'origine de son pouvoir paraissait insurmontable.

Cependant, était-ce si important ? Que l'on vienne d'ici ou d'ailleurs... que l'on soit ainsi ou autrement... ne méritait pas que l'on y consacre tant d'attention. Ce qui comptait... l'avenir. L'espoir d'un monde meilleur. Main dans la main, l'humanité devait se relever de ses imperfections... Agir à l'unisson pour la sauvegarde de louables valeurs. Il y avait encore beaucoup à faire pour pouvoir, ne fut-ce qu'entrevoir l'éventualité d'une telle unité.

Aujourd'hui, un lien s'était créé. Un lien entre deux personnalités plus similaires qu'il n'aurait pu paraître, de prime abord... Et alors que cette petite fille se donnait enfin la permission d'une proximité plus honnête avec son interlocutrice, tout en mangeant la barre de chocolat, Quanta finit de fixer cette femme aux cheveux tournesols...

" Chacune de vous semble avoir retenu quelque chose de cette journée... Ma présence en ces lieux peut donc enfin prendre tout son sens... " Commença-t-il, sur un ton plutôt énigmatique.

L'enfant sortit alors ses jambes de l'eau, afin de se relever... Pas une seule goutte d'eau ne semblait présente sur sa peau. Comme si il ne l'avait jamais plongée dans le lac... Tel que pouvait probablement le penser Eva, les alentours paraissaient touchés d'une atmosphère étrange. Quelque chose d'un peu mystique, d'énergétique, peut-être... Juste une impression ?

L'humanoïde au turban fit quelques pas, avant de s'arrêter. Il fixait la lune montante... Elle était pleine, ce soir. Voilà qui renforçait davantage le sentiment pesant de cette rencontre, pourtant des plus bénéfiques... Un silence s'en suivit, avant qu'une vision des plus déstabilisantes ne commence à faire son apparition. La forêt, la clairière, le lac, le ciel... paraissaient reluire davantage. L'on pouvait même commencer à distinguer des formes mouvantes, comme si le paysage se déformait quelque peu...

Shanti, plutôt apeurée par un ressenti automatique, s'accrochait à la taille de sa nouvelle accompagnatrice. Quelque chose de bizarre survenait, d'anormal... Etait-ce une illusion ou son contraire ? Qui en était responsable ?... Quoi qu'il en soit, ce changement paraissait s'effectuer en douceur, telle une transition ou, un dégradé ? C'était ça. A mesure que les mouvements environnants se faisaient plus précis, l'ensemble du décor paraissait arborer une teinte bleutée. D'abord légère, celle-ci s'amplifiait peu à peu, donnant un effet de concentration.

" ... Je te l'ai dit... Les apparences peuvent parfois être trompeuses... Ce que tu peux penser véridique la veille, pourrait très bien te paraître dérisoire le lendemain... Tu as fait le choix de la vérité, alors je vais t'en accorder une partie, par respect pour ton esprit détective. Il faudra découvrir le reste par toi-même, si toutefois tu le souhaites. "

Tandis que le bonhomme s'exprimait, la densité de la matière bleutée s'imposait et commençait à rendre les alentours presque imperceptibles... Si bien que l'impression d'être prisonnier d'un océan, à l'eau trouble, paraissait comme une métaphore des plus crédibles. Cette matière flottante ressemblait à, de l'énergie... Elle paraissait suivre un chemin. Tel un courant se déversant... mais où ?

Le regard de Quanta croisa celui de l'élégante Orinienne... Ce premier devenait un peu trouble, difficile à distinguer... Le voici... le point de chute de cette véritable cascade énergétique... paraissant agglomérer le tout en une aura grandissante. Son âme était-elle dispersée, répartie à ce point, pendant tout ce temps ?... La scène en donnait en tout cas l'impression.

Cette luminosité bleutée, dans laquelle baignaient les deux filles, paru enfin s'estomper, d'une moindre transition qu'à son apparition. Telle une sphère lumineuse nous privant de son influence colorée en rapetissant, pour se concentrer sur sa singularité... Ainsi le voilà, en chair et en os... Quanta... La partie de son aura, circulant au plus proche de sa silhouette enfantine, paraissait arborer une teinte d'un noir absolu, alors que le reste de son âme, bleutée et bien moins limitée dans sa propagation, semblait, elle, le surplomber au point de l'écraser complètement, de façon imagée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    Une journée qui était banale, une journée qui aurait dû être celui de la lecture de long roman policier, mais cette journée est devenue celle qu'Eva redoutait depuis longtemps. Une âme si forte qu'elle a la possibilité de l'engloutir. La petite fille se tient fermement à la taille d'Eva, elle est terrifiée comme Eva, mais elle pour des raisons certainement différentes. Quanta lui montra son âme dont la couleur de la sagesse apparut dans toute la forêt engloutissant les arbres, le lac, le château.
    Au même moment qu'il montra son âme Eva ressentit une douleur envahir tout son corps, la douleur fut si forte que des larmes de sang mélanger à l'eau salée de ses yeux traversa ses joues. Elle aurait voulu remettre ses lunettes, mais elle sait que cela ne sert à rien.

    Toutes les phrases de sa grand-mère, de sa mère, de son mentor lui reviennent à l'esprit tel une incantation sans fin. Elle savait qu'en sortant de son manoir, un jour ou l'autre, elle aura affaire à une âme qui pourrait la détruire, mais elle n'avait jamais imaginé que cela serait dans ses conditions. Les âmes sont une partie des hommes et comme les êtres humains elle a possibilité de détruire, d'engloutir son possesseur, mais aussi les personnes comme elle. Elle n'a jamais su pourquoi sa grand-mère avait si peur d'aller à l'extérieur, mais aujourd'hui elle possède la réponse de ses questionnements. Elle ne sait pas rendu compte qu'elle tient la petite fille dans ses bras, pouvait elle regarder ce qu'elle distingue ? Non, certainement pas, mais peut-être elle le ressent d'une manière différente d'elle.

    Sa respiration devient difficile, elle a du mal à voir et a distingué les silhouettes autour d'elle, est-ce la fin ? Elle ne remarque pas que l'âme de Quanta est devenu une simple énergie autour de lui. La douleur, le manque d'oxygène l'on complètement étourdit, mais petit à petit la douleur ressemble à un simple mot d'estomac.

    Tout son corps tombe sur l'herbe, ses yeux restent ouverte fasse aux étoiles dans le ciel comme-ci elle voulait lui donner une dernière illusion d'un monde plus beau, plus poétique. Sa respiration revient petit à petit et la douleur finit par disparaître.
    Une expérience qu'elle ne veut plus jamais faire. Elle ne bouge plus, elle reste allonger cherchant les mots, cherchant quelque chose à dire, mais rien ne lui vient à l'esprit pourtant des mots s'échappe de sa bouche.

    -Bleu… Forte… Conscience... Âme...

    Plusieurs minutes s'écoulent, elle ne sait pas s'il communique entre eux, s'ils sont inquiets, elle est perdue entre la réalité et le rêve de la mort. Pendant un instant certainement qu'elle a rencontré l'ange de la mort, mais il n'est pas encore venu la chercher, pourquoi ? Y a-t-il encore quelque chose qu'elle doit faire ? Oui, trouver l'assassin de son père. Elle s'était toujours imaginée que lorsqu'on fait face à la mort, les images du passé reviennent à l'esprit, mais il s'agissait juste de voix. Elle avait entendu parfaitement sa grand-mère lui dire de faire attention, sa mère lui expliquant à quel point elle l'aime et son mentor la disputait pour des raisons absurdes.

    -Comment un petit garçon peut-il avoir une âme aussi puissante ? Qui est tu ? Demande-t-elle brusquement.

    Elle a réussi à formuler une phrase ? Elle a réussi à parler ? Le miracle du moment où le miracle des étoiles qui lui font un grand sourire. Elle n'avait jamais vécu un tel événement surtout de la part d'un petit garçon. Elle ne sous-estimera plus jamais les enfants, ils sont moins innocents qu'ils sont le font paraître. Elle ne sait pas quoi dire de plus surtout que sa voix est enraillé peut-être à cause de la peur, ou parce qu'elle vient de frôler la mort. Elle frotte les larmes de sang à l'aide de sa veste encore enroulé autour de ses mains.

    -Est-ce que vous pouvez me donner mes lunette ? Je ne sais même plus où elle est.... Dit-elle.

    Où a-t-elle bien pu mettre sa paire de lunette ? Malgré qu'elle sache que cela ne sert plus à rien, elle sait qu'elle est effrayante en ce moment même. Ses yeux qui sont déjà de la couleur rouge sang doit être devenu ceux d'un démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Pauvre lapin... courant rejoindre son terrier... au moindre danger rencontré... Plus que le début d'une comptine, en provenance d'un enfant récitant cet apprentissage, au sein d'une école quelconque, cette suite de mots établissaient un parallèle avec la présente situation. Mais pouvait-on réellement reprocher à Eva de réagir mentalement de la sorte ? Bien évidemment que non.

Chaque élément composant l'environnement est soumis au cause à effet. Ces filles ne faisaient pas exception... Esclaves des réactions électro-chimiques de leurs cerveaux, pouvaient-elles seulement faire preuve de libre arbitre ? Quanta n'en pensait pas un traitre mot, se considérant lui-même comme prisonnier de sa propre psyché. Qu'il est horrible de se savoir ligoté, enchainé d'une force qui nous échappe complètement... Certains en deviennent fous, d'autres finissent par se faire une raison.

Alors cette fille aux cheveux tournesols, retournait-elle à la terre, qui l'avait un jour vue bourgeonner ?... Elle paraissait souffrir... La Kumari, bien qu'elle ne puisse pas apercevoir la scène dans son entièreté, s'apparentait en état de stress. Voir s'écrouler de la sorte sa précédente interlocutrice, devait certainement jouer un rôle à l'apparition de cette peur manifeste. Probablement devait-elle encore s'épuiser à activer son pouvoir, sans contrôle. Mais peu importait...

" Pou, pourquoi tu fais ça ?! " Osa-t-elle formuler, en direction de la bien stoïque silhouette.

" Parce que j'en suis contraint. " Lui répondit-elle, au tac au tac, alors que la détective peinait à reprendre ses esprits.

Que s'imaginait cette petite fille ?... Qu'il suffisait de vouloir pour pouvoir ?... On ne pouvait toujours avoir le beurre et l'argent du beurre. Il subsistait des règles, des processus auxquels on ne pouvait couper court, dont on ne pouvait contourner l'apparition que par suppression de l'objectif à atteindre. Mais là le grand problème de cette riche demoiselle, ne pensant qu'à se plaindre de sa condition, au lieu de chercher véritablement à exploiter ses forces.

Quanta se rapprochait quelque peu, maintenant son âme suffisamment stable pour ne plus causer de soucis à son entourage. Il en faisait décidément beaucoup, aujourd'hui. Après tout, ce n'était pas courant pour la figure enfantine, que de dévoiler à ce point sa personne. Cependant il restait nécessaire de le faire... Quand bien même il s'attire la méfiance de ces demoiselles, quand bien même cette triste Shanti se sente obligée de s'accrocher à cet adulte en mal de confiance.

Aussi cette dernière commença enfin à s'exprimer, visiblement étonnée de sa constatation antérieure... Elle paraissait un peu pressée dans le ton de sa voix. Cette réaction... signifiait-elle enfin l'apparition d'une certaine forme de lucidité ? A moitié, pour ainsi dire... étant donné la tournure de son interrogation. Un scientifique a formulé un jour, qu'il était dérisoire de s'attendre à des résultats sensiblement différents, sur base de procédures à l'aspect identique.

" Comment ?... Oui, comment, Eva... Comment penses-tu pouvoir trouver des solutions à des problématiques, dont tu camoufles toi-même et automatiquement, certaines de leurs issues ?... "

D'un calme olympien, le garçon au look oriental finit de s'approcher et ne tarda pas à s'abaisser, afin de ramasser, au sein de la naturelle pelouse, la paire de lunettes que cherchait son interlocutrice... Ainsi voilà l'objet de ses désirs... Cette chose comparable à un paquet de cigarettes, à cet état second que pouvait procurer une boisson alcoolisée.... Qu'il était triste de constater pareille vision de lâcheté, d'excuses déguisées en fardeaux, afin de se protéger d'une réalité voulant être voilée.

" Pauvre lapin... pourquoi montrer tes crocs ?... Petit lapin, la lumière du jour t'effraye-t-elle ?... Pauvre lapin, petit lapin... Tu dis vouloir découvrir la vérité... alors pourquoi dans ce cas... vouloir rester dans ton terrier ?... Petit lapin, pourquoi y être resté si longtemps ?... Ne savais-tu pas que l'aveuglement succédait à l'ombre ? N'aurait-il été mieux, pauvre lapin, de te laisser baigner, de t'habituer à cette nouvelle vision, plutôt que de la rejeter par cloisons ?... " Commença à chantonner le petit garçon.

Oh, celui-ci n'y mettait pas beaucoup de volonté... Le but recherché n'étant pas la prestation musicale, mais bien le message vocal... Ah qu'elle faisait peur à voir, avec ce sang coulant de son joli minois. Si Quanta avait été capable d'éprouver des émotions, probablement qu'il aurait détourné le regard, au moins l'espace d'un instant. Mais il n'en fut rien... Il la fixait, presque avec fermeté. Il reprochait le comportement de la jeune femme, à travers sa comptine, mais aussi celui de la Kumari...

" Vous vous ressemblez beaucoup... C'en est presque écoeurant... que de vous voir considérer comme un fardeau, quelque chose qui en reste bien loin... J'envie votre simplicité, j'envie votre naïveté. La Kumari Shanti et la détective Eva Lons... Quelle vision prometteuse pour l'avenir. J'imagine que je devrais me sentir flatté d'être encore considéré comme un enfant, malgré les éléments contradictoires s'offrant à vos yeux. "

Elle finissait de s'exprimer, cette entité énigmatique à la parole dure, aux informations étrangement déstabilisantes. Sec mais juste à la fois... D'apparence fébrile et pourtant si intimidante... Elle s'asseyait une fois de plus, alors qu'elle détenait toujours en mains, la drogue plastifiée de ce pauvre enfant, aux yeux de démon. Tandis que, de son côté, l'enfant aux cheveux rosés commençait à défaire les liens, de celle envers qui sa confiance commençait enfin à s'exercer... Dans l'adversité naissait souvent l'union. Un dicton bien connu de certains peuples... Ne le saviez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    Ressemble-t-elle à un lapin ? Ressemble-t-elle à une femme sans courage dont les peurs ont fini par l'engloutir ? Des questions qui n'ont aucune réponse ou plutôt qu'elle ne souhaite pas y répondre. Son enfance a peut-être était engorgé par la peur sans qu'elle s'en rende compte pourtant n'était-elle pas désireuse d'aventure ? Ne jouait-elle pas sans cesse au jeu du policier ? Sa grand-mère ne voulait pas qu'elle découvre le monde, car elle-même avait peur. La peur est un sentiment qui se transmet surtout quand ta propre famille possède cette peur. Eva est une jeune femme qui est effrayée par son pouvoir, par les êtres humains en général, mais elle se bat constamment pour vivre, pour voir le monde qu'on lui a dissimulé durant toutes ses années. Mais là, maintenant, est ce déraisonnable d'avoir peur du petit prince qui agit d'une façon étrange ? Elle l'ignore, mais elle n'a qu'une envie en l'écoutant c'est de fuir avec la petite fille. Peut-elle le faire ? Non, elle n'a pas la force de s'enfuir, toute son énergie s'est envolé en même temps que cet enfant a montré son âme.

    Elle se redresse difficilement pour voir les deux enfants dont l'un n'en a que l'apparence. Elle en est certaine, un enfant ne peut avoir une âme aussi puissante, mais alors qu'est-ce qu'il est ? Une illusion de la nuit ? Un fantôme qui a décidé de montrer son vrai jour ? Est-ce à cause de la pleine lune ? Après tout, toutes les histoires parlent de la nuit et des effets de la lune. Il est évident que la jeune femme essaie de fuir cette réalité qui se déroule sous ses yeux, mais qui n'a aucune échappatoire. Comment peut-elle comprendre un événement dont on arrive à peine a percevoir la réalité ou qu'elle ne souhaite pas le comprendre ? Cet enfant à certainement raison sur bien des choses la concernant, mais elle ne peut pas l'admettre.

    -Tu sais ce que cela fait ? De voir un monde détruit par les âmes ? De voir des monstres à chaque coin de rue ? Hurle-t-elle.

    Les mots sortent sans qu'elle arrive à les arrêter, que lui arrive-t-elle ? Est-ce parce qu'elle a failli mourir ? Certainement que c'est l'une des causes de sa réaction, car personne ne peut connaître ce qu'il est capable de faire lorsqu'il s'approche un peu trop de près de la mort. Alors, les mots défilent tel une poésie, une chanson qui vous traverse l'esprit sans que vous pussiez l'arrêter. Si vous ne la chantez pas, si vous la gardez en tête celle-ci ne disparaître jamais.

    -Est toi alors ? Tu te sens pas seul ? Ne l'as-tu pas dis toi-même « Nous en sommes tous trois des tristes représentants. » Donc tu ressens la tristesse, n'est-ce pas ?

    Eva se lève difficilement tout en affrontant du regard le jeune homme. Elle remarque qu'il tient dans sa main l'objet qu'elle désire récupérer, mais elle suppose qu'il ne la laissera pas le reprendre. L'objet qui la protège, son porte-bonheur, mais aussi le seul objet que sa grand-mère lui a offert. Sa grand-mère n'a jamais fait preuve de tendresse avec elle ou de gentillesse, son éducation était sévère, mais elle l'a toujours malgré tout respecter. Lorsque celle-ci lui a transmis les lunettes de soleil pour affronter le monde, elle fut l'enfant la plus heureuse au monde, non pas parce que les lunettes la protégeaient, mais parce que c'était un cadeau de sa grand-mère. Au début c'était ainsi, il représentait l'amour d'une vieille personne, mais au fil des journées, au fil des années il est devenu une protection. Un simple objet qui a incontestablement remplacé un père dont elle ne connaîtra jamais. Comment un objet peut-il remplacé une personne vivante ? La figure d'un père pour une petite fille représente un surhomme, une personne qui protège sa famille. Les lunettes de soleil ont eu cet effet sur Eva, ils ont rempli un manque chez elle, le désir d'avoir un père encore vivant.

    -Rend moi mes lunettes. Ordonne-t-elle à l'enfant. Shanti, c'est comme ça que tu te nommes ? Demande-t-elle à la petite fille. Ne t'inquiète pas, tout ira bien. Dit-elle pour rassurer l'enfant. Quel est ton but, Quanta ?

    Cet enfant qui possède les mots, qui est plus intelligent qu'il en a l'air souhaite quelque chose de sa part ? Ou alors est-ce réellement un enfant qui est lui aussi apeuré ? Il est difficile de connaître les pensées d'autrui si elle était plus puissante, si elle pouvait entendre son âme alors peut-être aurait-elle la réponse. Hélas, sa puissance s'est arrêté à voir la couleur des âmes et parfois des formes. Elle s'est arrêtée le jour où elle a mis les lunettes. Il a raison, elle a fui pour s'enfermer dans une cage et elle est encore bien trop faible dans son cœur pour arriver à se libérer de ses barreaux imaginaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Il l'écoute... cette demoiselle qui aboie tel un canidé, afin de se rassurer, de se complaire dans le rôle d'une victime du monde. Pour autant, Quanta ne pouvait estimer qui était le plus à plaindre dans cette histoire... Valait-il mieux ne rien connaître ou en savoir de trop ? La douleur immédiate pouvait-elle égaler un grignotage en profondeur ?... Tout n'est qu'une question de perception. Peut-être.

La jeune femme abordait des points qui ne pouvaient faire fléchir le garçon au turban. La faute ne venait pas d'elle, bien que cela aurait été souhaitable... En réalité, surprendre cette silhouette, au look orientale, lui paraissait malheureusement comme un défi insurmontable. Pourtant, cela n'avait pas toujours été ainsi. Fut une époque où lui aussi parvenait à s'émerveiller du monde l'entourant, de tous ses mystères...

Il se souvenait... courant à travers les sables chauds, accompagné de plusieurs camarades, à l'orée d'une oasis... Ce sourire qu'il affichait, lui paraissait désormais si lointain. Inatteignable. Diffus à travers le fond cosmologique. Les choses arrivent parce qu'elle le doivent... Naïf que ces êtres, pensant pouvoir tout contrôler, alors qu'ils ne représentent véritablement que des pantins sans conscience, au service d'un plan dimensionnel qui les dépasse. L'horloge de Quanta s'est brisée... le jour de ses 10 ans.

" ... Je n'ai d'un enfant, que l'apparence... C'est tout ce qu'il me reste de cette époque, Eva. Le reste... s'est éteint, au fil du temps passant. " Commençait-il à rétorquer, avec calme.

Un observateur attentif aurait possiblement été en mesure de remarquer, que le regard de la figure enfantine... paraissait bien éteint. Plus que de refléter un sentiment de suffisance, de sureté, de lassitude... la réalité d'un vide certain, soutenu d'un manque flagrant d'émotion. De la tristesse dans cette constatation ? Oui, certainement. Un passif si douloureux, si dur à endurer, que celui-ci n'aurait pu se supporter autrement qu'en en perdant conscience. Pourtant une telle prouesse était impossible pour Quanta...

" Lorsque mon pouvoir s'est révélé, j'ai aussi fait l'erreur de croire être en mesure de m'en prémunir... Je n'avais pourtant aucun moyen d'y parvenir. A présent je le sais. Il est égoïste et faussé de penser que l'on n'appartient qu'à soi-même... Nous ne représentons rien de plus que des rouages, au sein d'un mécanisme qui nous dépasse. Un jour ou l'autre, vous aussi devrez affronter cet inexorable fait. "

Shanti n'était pas sûr de bien comprendre les propos de ce mystérieux humanoïde... Néanmoins, une chose était désormais sûre. Il cachait son jeu. Il paraissait avoir accès à des informations difficilement accessibles pour un enfant. L'idée qu'il en serait lui-même un, semblait s'essouffler peu à peu... Comme un masque qui tombe, telle une glace fondant au soleil. N'en resterait-il que le cornet ?

La Kumari ne comprenait pas non plus le but de cette étrange entité. Pour quelle raison avait-elle besoin de leur faire la morale ? N'avait-elle donc autre chose à s'occuper ? Même en admettant que ce type leur soit d'un certain secours, son comportement n'apparaissait que peu supportable, donnant en plus cette impression qu'il se forçait à accomplir une tâche qui ne lui plaisait guère... Personne ne l'obligeait à agir, qu'il parte donc, non ?... Pourquoi ?...

Quanta leva les lunettes repliées, à la verticale. De sa main droite, il les tenait à peine. Nul doute que ses prochaines paroles en feraient mention et il était préférable, au vu de l'impatience de son interlocutrice. Après tout, ses mains n'étaient désormais plus liées, grâce à l'intervention de la petite fille... Ah, il s'en rendait bien compte... qu'il ne pourrait plus perdurer bien longtemps à ce petit jeu. Du moins, sans risquer de porter atteinte au plan, initialement fixé...

" Mon but... La formulation ne demeure pas des plus exactes... Je ne fais qu'accomplir ce pourquoi j'existe, ni plus ni moins. En ce sens, je n'ai pas d'honneur ni de honte à la concrétisation de mes actions, puisqu'elles ne représentent que des résultantes de causes. Eva... Je n'ai plus beaucoup de temps, alors écoute-moi bien... Tu es libre de reprendre ce qui t'appartient... Seulement... Le jour où tu seras dans l'incapacité de protéger une personne qui t'est chère, tu comprendras à quelle point ton erreur de masquer tes yeux fut grande, à quel point le temps perdu ne se rattrape jamais... Nos routes se recroiserons bientôt, alors tâchez de prendre conscience de vos dons et de vos obligations, avant qu'il ne soit trop tard... "

Pendant ces mystérieuses paroles, l'étrange personnage se releva en déposant l'objet de son emprise, sur le sol herbu... Il continuait de fixer ces deux individus de genre féminin, alors qu'il s'éloignait à reculons. Voilà qui était bien normal, car l'heure de partir se faisait réclamer. Cette intervention s'était déroulée sans encontre, bien évidemment... Il en restait pourtant bien d'autres à accomplir.

Le corps de cette silhouette enfantine commença alors à se dissoudre, à disparaître perceptiblement et prestement, sous les yeux de son entourage. Tandis que son âme paru suivre le mouvement, en s'éparpillant rapidement vers le ciel. Il ne fallut que quelques secondes pour constater ce spectacle bluffant, qui déjà prenait fin. Etait-ce son pouvoir ? Quand bien même, celui-ci ne paraissait pas expliquer la nature exacte du jeune garçon, la force de son âme, ainsi que son savoir.

Ce qu'il avait dit... Il n'avait plus beaucoup de temps... Etait-ce un indice ?... Ce début de phrase avait été prononcé avec un certain empressement. Quanta voulait-il simplement dire qu'il avait de quoi faire, ou bien qu'il était contraint de mettre fin à la discussion ? Ou encore, avait-il trop puisé dans son énergie ? Mais à faire quoi ?... Des questionnements encore sans réponse, si étant donné qu'il soit possible d'en trouver un jour.

" Il... Il est parti ?... On, fait quoi maintenant ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
  • Qui est cet enfant ? Est-ce une sorte de conscience lui rappelant son passé, son présent et un futur dont elle ignore encore tout ? A-t-il raison ? Le pouvoir d'Eva est une malédiction, c'est ainsi qu'elle en a déduit pendant toutes ses années. Il a fait de sa grand-mère une vieille personne aigrie par le monde, il a certainement détruit son père et aujourd'hui il a presque fini par la tuer. À quoi sert un pouvoir qui à tout moment peut vous détruire ? Pourquoi voir les âmes des personnes ? À quoi cela sert ? À voir le bon et le mal ? Mais s'il n'y a que le mal, s'il n'y a aucun espoir pour les êtres humains alors cela serait certainement pareil pour la demoiselle. Eva vient de comprendre une chose terrible, une chose qu'elle essaie de camoufler en fuyant ce monde que ce soit par la paire de lunette ou par la fuite, car ce qu'elle fuit n'est autre que soi-même. Celle dont elle a véritablement peur doit être sa propre âme, elle n'a jamais osé regarder son propre reflet dans le miroir sans les lunettes, car que verra-t-elle ? Une âme sombre ? Une âme rouge ? Elle n'a peut-être pas tué personne, elle n'est peut-être pas une psychopathe, mais elle est ce qu'elle est, une femme qui possède le don de voir les âmes.
    Il a certainement raison, un jour elle devra enlever définitivement cette protection, mais le pourra-t-elle où est ce qu'elle finira comme sa grand-mère ? Pend l'instant, elle est dehors, d'une certainement manière elle se rapproche plus de son père… L'homme qui est parti voir le monde, celui qui a emprunté un chemin différent de sa mère. Grâce à cela il a fait des rencontres, il a vu un monde différemment que celle de sa propre mère, mais il a fini six pieds sous terre. Est-ce que la fin d'Eva sera différente ? Est-ce que cette fin doit être ainsi pour toutes les personnes possédant des dons ? Est-ce que cette petite fille finira ainsi ? Est-ce que ce petit prince a raisons dans ses mots ? Pourquoi ne possède t-elle pas les réponses… Elle regarde brièvement la petite fille, mais aussi Quanta… Le petit garçon disparaisse dans un halo de lumière, son âme. Eva le regarde disparaître tout en faisant une grimace entre la peur et le fou-rire.
    Elle ne put pas s'empêcher d'éclater de rire, car là, maintenant, elle est perdue. Etait-ce un fantôme ? Une âme perdue entre notre monde et celui des morts ? Elle regarde la petite fille qui lui demande ce qu'elles peuvent faire, mais honnêtement, Eva n'en a aucune idée.

    -C’était un fantôme ? Demande-t-elle en riant. Faut que je me calme.

    Elle inspire et expire pendant plusieurs minutes, elle reprend son calme légendaire tout en inspectant le lieu qui n'a guère changé depuis le début. Il est toujours aussi sinistre telle une nuit d'Halloween.

    -Il est temps de rentrer, non ? Demande-t-elle. Pour être honnête, je n’ai guère envie de rester ici tout en sachant qu’un fantôme pourrait venir de n’importe où. Dit-elle en souriant. Il y a eu assez d’horreur pour une nuit.

    Eva essaie de se relever, mais elle manque de tomber plus d'une fois, son état physique et mentale a vécu beaucoup trop de choses en une nuit. Elle regarde la petite fille, la petite princesse aux cheveux peux communs. Kamuri qui doit être certainement son nom au vue des appellations du fantôme, la libérer de ses entraves qui étaient devenu bien lourde laissant des traces à la jeune fille.

    - Est-ce que tu peux me donner ma paire de lunette ? Ensuite, nous déciderons ensemble. Si tu le souhaites, je te ramène chez toi ?

    Elle regarde la petite fille ainsi que son âme blanche dont elle possède cette petite noirceur. Elle ne peut s'empêcher de penser aux personnes qui ont fait du mal à cette pauvre enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Les réponses viennent à qui sait les attendre, mais aussi à qui sait les chercher... Aujourd'hui, Eva avait pu croisé le chemin d'une entité bien particulière. L'épais brouillard masquant son identité, n'avait d'égal que l'importance significative de son existence. Néanmoins, l'heure ne se prêtait plus vraiment à de telles réflexions, la nuit se faisant bien présente...

La disparition de Quanta paru surprendre les deux filles, qui pourtant ne la perçurent de la même manière. Pour Shanti, le garçon au turban s'était simplement volatilisé sur place, une faible rayonnance camouflant à peine son corps s'émiettant. Faisant les grands yeux, bouche entre-ouverte, la réaction faciale de la petite demoiselle ne se fit donc pas attendre. L'espace d'un instant, cette dernière avait reserré son emprise sur son coussin... Jusqu'au bout, il la surprendrait.

De son côté, la détective paru perdre le contrôle d'elle-même... Certes, durant un court laps de temps... Cependant, là les signes que ses nerfs n'étaient pas à toute épreuve. Elle qui s'était projetée toute seule une vision sinistre de son environnement, la voilà bien punie de son interprétation... Pour autant, penser que Quanta aurait pu s'apparenter à un être fantomatique, n'était pas si dénué de sens. Du moins, en l'absence d'une information cruciale.

" Un fantôme ?... C'était pas juste son pouvoir ? " Demanda innocemment la gamine, balançant quelque peu sa tête à droite.

Il était vrai que, quitte à croire en l'Orion et à vouloir chercher une issue logique, la manifestation de ce pouvoir, à travers une téléportation, paraissait comme une hypothèse des plus crédibles. Toujours selon le point de vue de la Kumari, du moins... Celle-ci regarda son interlocutrice avec insistance, attendant probablement une réponse, avant de réaliser la suite de ses dires.

Légèrement stressée de n'avoir répondu plus tôt à la requête de cette élégante jeune femme, la riche demoiselle se hâta par la suite d'aller récupérer les lunettes, encore dans l'herbe fraiche. Ses longs cheveux s'emportaient légèrement, sous l'influence d'une brise nocturne et apaisante... Alors, courant vers la jeune dame, l'objet de ses convoitises précieusement tenu, la petite fille à la pâleur australienne manqua de tomber, en trébuchant sur un gros caillou.



Cette dernière se rattrapa en enlaçant la détective, un peu malgré elle. Il ne s'agissait pas tout à fait d'un réel câlin, bien que cette étreinte lui procura une sensation étrange... Sur le moment, elle n'aurait pu mettre de mots, ni émettre de comparaison... Pourtant... son ressenti lui paru des plus agréables... et des plus gênants, pour tout avouer.

" Pa, pardon. J'ai, trébuché... " Se pressa de révéler la jeune héritière, s'éloignant rapidement, en rougissant.

Honteuse de sa gaffe ?... Oui, certainement. Probablement d'y avoir également pris du plaisir, même malgré elle. Une sensation de douceur n'avait pas tarder à l'emplir et, il fallait admettre que Shanti n'avait pas non plus tardé à s'y complaire, avant de réaliser son abus. Ce n'était pas très poli, elle s'en rendait bien compte...

C'est en commençant à bailler que l'enfant pu enfin se souvenir des dernières paroles de son interlocutrice... Ah oui, rentrer à la maison... Elle commençait en effet à avoir sommeil. Pour la Kumari, cela ne posait pas vraiment de problèmes, son manoir se situant juste à quelques mètres de là... Pour la fille aux cheveux tournesols, par contre...

C'est alors que des bruits de pas se firent entendre, résonnant sur le sol herbu... Une démarche délicate, sereine, engendrée par une femme qui devait probablement disposer d'un âge similaire à Eva... L'attention visuelle de la fille aux cheveux mauvés, ne tarda à se porter sur ce qui paraissait ressembler à une domestique, accueillant les regards d'un doux sourire.

" Veuillez m'excuser, mademoiselle... il me semble qu'il est temps pour vous de vous reposer... Je vois que vous avez trouvé de la compagnie, cependant il se fait tard. Madame accepterait-elle notre hospitalité pour la nuit ?... Le chemin du retour lui paraîtrait peut-être plus sûr en journée, alors pourrions-nous la raccompagner dès le lendemain, si toutefois l'offre parait suffisamment séduisante ? Si tel est le cas, je vous invite à nous suivre... "

Loquace mais concise, cette nouvelle venue, à la courte chevelure bleutée, venait de légèrement se pencher, par signe de respect envers sa dernière interlocutrice. Sa frange masquait son oeil droit, tendis que celui de gauche dévoilait une belle lueur, bleutée comme le lac. Elle paraissait sincère... en témoigne sa voix sucrée, son air complice, envers sa jeune patronne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar

    Eva contemple l'endroit, mais surtout l'endroit de la disparition du petit prince. Tous les souvenirs de cette journée reviennent à la charge d'une telle force qu'elle ne put pas s'empêcher de penser que tout cela n'est qu'un rêve ou un cauchemar. La rencontre étrange avec le jeune garçon qui agissait d'une façon peu commune pour un enfant de cet âge, au final était-il un enfant ou un adulte dans le corps d'un enfant ? Est-ce qu'elle n'a pas lu beaucoup trop de livres au point d'imaginer tout cela ? Pourquoi son cerveau lui ferait-il cela ? Puis, le visage de la petite fille la ramène dans la réalité, elle est bien vivante. Elle la regarde tout en lui demandent, non, plutôt une affirmation, dont il s'agit certainement du pouvoir de l'être étrange. Oui, c'est vrai, dans ce monde il y a plusieurs sortes de personne dont plusieurs disposent de faculté hors du commun, alors, est ce qu'il en est un ? Honnêtement, elle ignore quoi répondre, quoi dire, mais elle lui fit un grand sourire pour confirmer les mots la jeune fille. Après tout, il est mieux de penser cela que de se dire que les fantômes existent, c'est peut-être plus logique… Est-ce logique d'avoir des pouvoirs ? Ok. Elle arrête là, car sa tête risque d'exploser à tout moment.

    Elle regarde la petite princesse agir de manière très maladroite courant pour aller chercher les lunettes de soleil. Les fameuses lunettes de soleil. Elle se relève pour aller la rejoindre, mais celle-ci revient bien plus rapidement qu'elle ne l'aurait dû. Sa maladresse la fit trébucher rattraper de justesse par Eva. Elle lui fait très grand sourire avant de poser délicatement sa main sur la tête de la jeune fille pour la rassurer. C'est un étrange sentiment qui parcourt Eva, elle eut l'impression pendant un instant d'avoir une petite sœur. Elle est fille unique, sa mère ne s'est jamais remarié, elle n'a pas eu d'amant ou d'enfant caché à son grand désarroi. Elle a vécu seule pendant trop longtemps, elle a rencontré que des enfants à l'âge adolescent, lorsque sa mère a décidé de tenir tête à sa grand-mère. Bien sûr, aujourd'hui les choses sont différentes, elle possède un soi-disant frère avec qui elle habite et une Tante. Pourtant, la petite fille lui donne l'impression de petite sœur, est-ce parce qu'elle lui rappelle sa jeunesse ? Aurait-elle aimé avoir une grande sœur ? Maintenant, qu'elle commence à connaître l'extérieur, elle comprend le manque qu'elle a subi durant sa tendre enfance.

    Elle pose délicatement ses lunettes de soleil sur son nez, le monde devient encore plus obscur, mais le sentiment d'être en sécurité est toujours là. Elle repense au mot de Quanta, de ce qu'il a dit sur ses lunettes surtout le mot « Masquer », comme pour représenter les lunettes de soleil a un masque. Est-ce un masque pour ressembler aux autres êtres humains ? À cela, elle ne peut pas le nier.

    Une femme sort de la pénombre dont elle porte une courte chevelure bleue. À l'écoute de ses mots et de la façon dont elle parle, elle doit être soit une amie de la famille à la princesse soit une servante. Elle regarde derrière elle la grande demeure, elle espère au fond elle-même qu'elle ne rencontre plus d'autres personnes comme Quanta.

    -Je ne vais pas refuser, c’est avec plaisir que je vous accompagne. Dit-elle en adressant un sourire à la petite fille.

    L’esprit de la détective se remit en route, la curiosité, le mystère sur la jeune fille et sa servante, mais surtout pourquoi avoir laisser la jeune fille toute seule à cet heure-là ?

    -Je vous suis.

    Normalement, il ne faut jamais suivre des inconnus, non ? Pense Eva.
    Eva ne put s’empêcher de ce dire qu’elle fait bien des choses que normalement elle ne devrait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 15
Messages : 25
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
La réalité. Celle que l'on ne peut altérer, celle que l'on ne peut déformer... A la fois présente partout et nulle part, en chaque instant, mais à aucun moment. Froide, logique, calculée, omnipotente, déprimante. Il était parfois bon de ne pas s'évertuer à la chercher, au risque d'en perdre la raison. Sage était celui qui parvenait à définir les limites de sa propre curiosité.

Et qu'en était-il de cette charmante demoiselle, aux cheveux dorés, s'élançant à corps perdu dans une nouvelle aventure ?... Elle venait d'accepter l'invitation de cette nouvelle tête, aux semblants sympathiques... Charmée de cette autorisation, cette dernière venait d'entamer la marche, en direction du manoir. Délicate et disciplinée à la fois, cette servante vraisemblable conduisait sa maîtresse, ainsi que son invitée, avec attention.

" Les visites en ce lieu sont rares, surtout à cette heure... J'ai espoir de pouvoir partager avec madame le récit de sa venue, autour d'un apaisant breuvage. " Se permit d'énoncer la jeune femme, à la courte chevelure bleutée.

Il y avait en effet de quoi se poser des questions... D'ailleurs, il aurait même été raisonnable de trouver la détective assez louche, de par cette seule raison. Que faisait une telle dame ici, à l'orée de la nuit ? S'était-elle perdue ?... Peut-être cherchait-elle quelque chose dans les environs ? Possiblement et simplement, souhaitait-elle profiter de l'air pur régnant en cette zone ? La fille en tenue de travail adorait se poser ce genre de questions... regarder son voisin et s'interroger sur son état, ses ambitions, son histoire...

Qu'il était apaisant de se porter spectateur du monde dans lequel on vivait... de pouvoir décider, l'espace d'un instant, d'observer son entourage avec bienveillance... de pouvoir lui prêter une oreille attentive, un regard intéressé, des conseils avisés, en toute sérénité, en toute humilité. Là certainement sa plus grande qualité, mais également son plus grand défaut.

Marchant côte à côte, Eva et Shanti ne tardèrent à parvenir au seuil du grand manoir, en journée perçu comme un bâtiments des plus blanchâtres, à l'extérieur comme à l'intérieur... La nature des matériaux utilisés en donnait ce résultat. Alors elle ouvrit la porte de cette imposante demeure... cette dame qui, manifestement, devait aussi faire figure de surveillante pour la nuit.

" J'espère sincèrement que vous apprécierez votre séjour parmi nous. "

Elle leur faisait doucement signe de pénétrer les lieux, afin de pouvoir fermer la marche et d'accomplir le travail de portier, qu'elle venait de se fixer. Un grand hall accueillait à présent les individus de genre féminin... Celui-ci était richement décoré, sans pour autant tomber dans le surplus visuel. Deux escaliers courbés paraissaient se rejoindre, afin de donner accès à l'étage supérieur, alors que plusieurs portes donnaient pourtant déjà accès à plusieurs salles du rez-de-chaussée...

C'est vers l'une d'entre-elles, que la polie demoiselle indiqua la direction à prendre. Derrière la blanche porte, un élégant salon, aux teintes bien plus chaleureuses... ponctuées par la présence d'un feu de bois, participant certainement à l'expérience relaxante. Le crépitement du bois était discret et pouvait presque se savourer, en ce cadre si particulier.

Les invitant à prendre place, au sein des confortables fauteuils, la femme aux cheveux bleus prévint son absence, qui ne tarderait pas et permettrait d'aller chercher de quoi s'abreuver, après consultation des besoins de son interlocutrice... Sur le dessus de la cheminée, des petites photos encadrées siégeaient... Elles dévoilaient un homme bien portant, à la bouille rassurante... A côté de lui, il y avait parfois Shanti, parfois la servante ou... une adolescente aux allures réservées, à la longue chevelure bleutée, ressemblant néanmoins étrangement à cette dernière.

" Oh. Elle s'est déjà endormie ?... Tâchons de ne pas parler trop brusquement, alors. "

La voilà revenue, cette dame bienveillante, fixant momentanément sa protégée, tombée dans les bras de Morphée... couchée dans un large fauteuil... Cette première s'assit non loin d'elle, en déposant délicatement les commandes sur la petite table. Portant une tasse jusqu'à sa bouche, la demoiselle paraissait attendre patiemment que la détective réponde positivement ou non à son invitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 25
Messages : 40
Emploi du perso : Détective
avatar
    Elles les accompagnent jusqu’à la demeure qui lui rappel tant de souvenirs. Le sentiment de manque, du mal de pays commença la submerger, mais elle se reprend vite. Après tout, elle n’est pas là pour elle, non, au final pourquoi est-elle ici ? Elle ne peut pas expliquer à la jeune femme qu’elle a suit un petit garçon étrange ? Il est vrai qu’elle n’a jamais eu de mauvaises intentions à l’égard des enfants, elle n’a qu’un seul souhait depuis le début, qu’ils ne soient ni maltraités ni malheureux. Pourquoi ressent-elle cela a des personnes étrangères ? Est-ce qu’elle aime se faire passer pour la grande sœur ? Nul doute que cela doit faire partie des raisons. Mais la véritable raison est l’inquiétude pour cet enfant qui lui rappel son enfance. Elle vit dans une forteresse, mais qui est certainement là pour la protéger de l’extérieur est d’elle-même… Elle ne doit pas penser ainsi, cet enfant n’est pas elle, elle est autre chose. Oui, il faut qu’elle arrête de se projeter, car sinon elle tombera dans les profondeurs des abysses.

    Elles arrivent devant le manoir, la jeune femme les fit entrer dans la demeure. Les couleurs sont assez neutres et la décoration qui va merveilleusement bien avec le style du château. Il est complètement différent de ce qu’elle avait imaginé, ou certainement, parce qu’elle a comparé à sa demeure en France.

    -Merci. Dit Eva en jetant un coup d’œil aux escaliers et aux portes.

    Elles entrent dans l’une des pièces qui se cache derrière les portes. Ayant une grande imagination Eva ne put s’empêcher d’imaginer ce qu’il y a derrière chacune d’entre elle. Elle s’assoit sur l’un des fauteuils, tout en regardant les photos. Eva est une jeune femme curieuse, surtout lorsque cela concerne un mystère comme celle de l’enfant. La jeune femme qui était partie pendant un bref instant revient avec des petites « gourmandises », en tout cas pour Eva. Elle ne remarqua que lorsque la jeune femme lui indiqua que Shanti est endormie telle la princesse Aurore.

    -Merci pour votre accueil, je suis désolé de mettre incrusté. Dit-elle dans un demi-sourire. Je me suis égaré et j’ai vu votre fille ? Demande-t-elle.

    Elle connaît la réponse, mais il faut toujours une approbation de la part de la jeune femme qui doit être sa gouvernante.

    -Que fait une jeune fille de son âge toute seule dehors ? N’a-t-elle aucun parent qui s’inquiète ? Demande-t-elle inquiète.

    C’est certainement étrange de demander cela, mais Eva n’est pas une personne aux intentions mauvaise, elle est réellement inquiète de voir une petite fille seule dans une forêt. On ne laisse pas une petite fille sans surveillance, et, cela elle le sait mieux que personne. Toutes les fois où elle s’est échappé de son château pour jouer avec les servants. Heureusement qu’ils finissaient toujours par la retrouver sinon…

    -Vous n’êtes pas obligé de répondre à mes questions. C’est juste de l’inquiétude.

    Eva se rendit compte qu’elle doit avoir l’ai vraiment suspect alors elle fouille dans son sac et prit une petite carte dont il y a son nom et prénom ainsi qu’un petit tournesol avec comme intitulé : détective Eva Lons. Elle lui tendit tout en prenant dans l’autre main une petite gourmandise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Attention bête à proximité ~ Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème de proximité de passagers
» Ville Libre de Mévry
» ATTENTION : RAPPEL A L'ORDRE
» Fan de FF, attention, Tada ...
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orion'Sins :: Alentours de Garan :: La lande-