The supremacy of the Human Being ends here.
L'Orion est un flux de mana, une essence se trouvant chez certains humains... Avec l'Orion vient le pouvoir: contrôler l'eau, lire dans les pensées, créer de l'électricité.. Tout est possible, mais toute forme de pouvoir a un prix ; les Oriniens sont traqués comme du gibier, perçus comme des monstres par les gens normaux, les Lambdas.
Réglement GénéralRéglement RPGContexteLes groupesL'OrionPrésentation
A savoir
# OUVERT
# Forum RPG fantastique, libre et sans prise de tête !
Contexte
Orion. Pour certains, il s’agit d’un personnage mythologique tandis que pour d’autres, ce mot évoque un pouvoir d’une grande puissance. Né de la terre, ce pouvoir à habité une partie de la population humaine et permis l’évolution de l’espèce, mais a quel prix ? Démasqués à travers diverses périodes historiques, les Oriniens furent pour la plupart massacrés puis oubliés des Lambdas qui voyaient en eux des monstres. Pourtant aujourd’hui, ils vivent encore, cachés parmi la population, parmi les leurs, mais pour encore combien de temps ?
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Orion'Sins
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Pour Shanti, ce n'est pas un don, mais une malédiction...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 17
Messages : 29
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Kumari Shanti
ft. Kanna Kamui de Kobayashi-san Chi no Maid Dragon

Âge : 10 ans.
Situation conjugale : Célibataire.
Situation familiale : Orpheline recueillie, enfant unique de sa nouvelle famille.
Métier/études : Etudiante. S'entraine, à l'abri des regards, pour devenir danseuse comme son idole.
Caractère

La petite Shanti possède une mentalité plutôt effacée. Assez contraire avec les normes de celle australienne, donc, alors que sa pâleur pointe du doigt cette origine. Si il est avéré qu'un voyage, entrepris avec un tuteur, peu complètement changer notre vision du monde, c'est pourtant bien certaines épreuves dans sa vie qui lui ont fait adopter cette personnalité plutôt discrète, à vrai dire. Le regard des autres, les moqueries, les remarques blessantes, la découragent assez vite. La jeune fille représente un peu cette vaisselle en porcelaine que vous chérissez tant. Attirante en apparence, silencieuse et froide au touché, douce mais pourtant si fragile. Et pourtant, au-delà de ces spécificités, la demoiselle, aux yeux majoritairement bleutés, ne cache pas moins de deux secrets. Premièrement, sa passion dévorante pour la danse... Cet intérêt lui est venu d'une vidéo transmise à la télévision. Et depuis, elle prend la vedette de cette chanson pour son modèle, la considère comme la mère qu'elle n'a jamais eu et veut suivre ses traces. Nous parlons d'une célébrité Canadienne, Aélith la Diva de l'Ontario. Aussi en arrive-t-on au deuxième secret, celui de son Orion. La Kumari ne comprend pas encore très bien ce qu'il se passe à ce propos. Mais elle sait une chose, cela ne lui attire que des problèmes et si elle pouvait troquer ce fardeau contre des amis, c'est sans hésitation qu'elle le ferait... Elle n'est pas attirée par le pouvoir, en a assez de poser des problèmes à son entourage et d'être la source des regards inquisiteurs. Seule au sein de son imposant héritage, elle vient à déprimer de plus en plus, se repliant sur elle-même, ne survivant qu'à base d'espoirs faiblissant, de rêves aux semblants inatteignables.

Physique

Côté corporel, l'Orinienne se vêtit toujours de tenues englobant le bas et le haut de son corps. Telles de petites robes, toutes plus mignonnes et attirantes, les unes que les autres. Mais sa préférée n'est autre que celle qu'elle a été jusqu'à acheter en plusieurs exemplaires. Une rose et blanche, à la fois chaude et confortable, courte et pourtant couvrante. Shanti dispose également de bas assortis, qu'elle revêt souvent. Ceux-ci s'arrêtent non loin du fessier, en débutant leur course depuis les pieds. Ces derniers se voient ornés de belles ballerines, souvent rouges, pourvues de rubans de la même couleur et disposés en lacets. En ce qui concerne la coiffure, nous pouvons observer, sur l'avant de cette ronde et mignonne frimousse, une frange en coupe droite, agrémentée de deux mèches mi-longues, au niveau de ses oreilles. Les zones capillaires en question, font d'ailleurs l'objet d'un dégradé de couleurs... passant du dominant Gris de Lyn, légèrement mauvé, vers des tons orchidé, puis améthyste. A l'arrière, cette masse de cheveux se bombe un peu, juste avant de se séparer en deux couettes tombantes, en dégradé colorifique également, et maintenues en place grâce à trois boules d'un bleu profond, faisant office de chouchous. Une teinte qui n'est pas sans rappeler celle du serre-tête, que la jeune fille porte presque en permanence, et auquel sont rattachées ces paires symétriques de cornes en mousse. Terminons avec cet air impassible, que paraît imposer ce regard mi-clos aux reflets indigo. Un nez presque imperceptible, venant ponctuer l'impression laissée par ces joues faiblement rosées...


Orion

Le pouvoir que cette pauvre demoiselle a pour fardeau de supporter et d'essayer de maîtriser, n'est pas des plus instinctifs et mérite donc des explications. Celui-ci se nomme " Dimensions Fantômes : Isolement Gravi-Temporel " et correspond à un degré de projection habituellement atteignable.

Tout cela peut vous paraître bien obscur, exprimé ainsi... Alors, mettons que notre univers ressemble à une feuille de papier. Considérez-la comme plate ou sphérique, cela importe peu. Maintenant, partez du principe que votre univers, ou votre dimension macrocosmique, selon vos préférences, ne soit pas le seul existant... Qu'il s'agisse de mondes parallèles ou de lieux tout autre, ceux-ci sont reliés entre eux par des calques de dimensions. Ceux-ci permettent un passage en transition, d'une réalité à une autre... Théoriquement, il existerait une dimension faisant l'entre-deux parfait. Une dimension de vide absolu, où l'on estime qu'aucune loi physique n'est d'application, peut-être l'Orion lui-même y atteindrait ses limites. Appelez-la comme vous le désirez... La Ligne Noire, la Limite de Dieu. Car cela ne nous intéresse le moins du monde. Nous allons plutôt parler des Dimensions Fantômes, de ces calques, entre cette limite fictive et la réalité, telle que nous la percevons actuellement.

Le mot calque n'est pas choisi au hasard. Il a pour but de faciliter la compréhension de cette histoire de transition. Un calque représente une surface presque transparente, vide en elle-même et trouvant son identité à travers les traits d'une feuille, sur laquelle elle est posée... Ce que nous appellerons les Dimensions Fantômes, fonctionnent exactement de la même manière. Tout comme les calques, elles se déposent sur le plan de notre réalité et la reflètent de moins en moins, au fur et à mesure des couches de calques s'ajoutant. Divers effets s'appliquent alors, pour toute chose grimpant dans cette hiérarchie et s'éloignant de nous... ou plutôt, diverses lois physiques et surtout du domaine macrocosmique, perdent progressivement de leur influence, car étant premièrement liées à notre univers. La force de gravitation, s'exerçant entre les corps... et l'influence de l'écoulement du temps sur un corps... représentent les premières lois touchées par ce bond dans les calques dimensionnels. Théoriquement, un corps s'approchant des derniers calques avant la Ligne Noire, verrait le monde autour de lui commencer à devenir transparent, jusqu'à ne plus pouvoir interagir avec, alors que des observateurs de notre réalité percevraient cela à son encontre. ( Mmh... Cela aurait-il un rapport avec les fantômes ?... )

Néanmoins, la Kumari se retrouve limitée. Elle ne peut pas faire dépasser une certaine limite de calques à une cible, tout en restant sur le plan 0. Même en se retrouvant affectée par son propre pouvoir, aller au-delà des altérations gravi-temporelles, lui est impossible. Aussi, cette triste demoiselle ne maîtrise absolument pas son pouvoir. Il s'agit bien d'un pouvoir actif et non passif, mais il semble ne se manifester que lors d'émotions fortes, d'une période de stress, d'angoisse. Cela sans qu'elle puisse décider de la cible ou des cibles de l'Orion. Bien sûr, maintenir cette force en action lui fait dépenser une énergie, fixe, par corps solide et en fonction de la durée de projection. Davantage, si plusieurs d'entre-eux sont ciblés à la fois. L'exécution du pouvoir n'use pratiquement pas d'énergie, en revanche, tout comme la projection ou l'attraction en elle-même. Cependant, plus les limites d'éloignement tentent à être prolongées, plus le sujet viendra à éprouver de la douleur. Comme un bras que l'on s'obstinerait à tendre davantage. Il est aussi utile d'utiliser cette métaphore pour saisir le besoin d'énergie que demande le maintien du lien, sur une cible. Car porter une caisse à bras tendus, sera toujours plus épuisant que de la tenir plus près de soi...

Enfin, comprenons-nous bien, sur les significations d'une projection, qui viendrait à être effectuée sur vous... En vous déliant, petit à petit, de la loi gravitationnelle, vous commenceriez à ressentir les effets d'une pesanteur. Comme si vous marchiez sur la Lune, dans un premier temps. Vous seriez également plus apte à vous faire déplacer, en fonction du calque. Mais le temps, limité dans son influence sur vous, ralentirait le déplacement que l'on essayerait de vous faire subir, ou du moins, l'appliquerait à un rythme différent. Demandant plus d'efforts pour une perception similaire du résultat espéré, depuis le plan 0. Pas très exploitable, donc. Votre perception du temps serait également différente. Alors que des observateurs vous verraient ralenti dans vos exécutions, ce qui serait techniquement le cas, à la fois physiquement et mentalement, vous auriez plutôt la sensation de réagir normalement mais de constater les alentours comme plus vivaces. Ce qui est logique au possible, sachant que vos actions physiques dépendent de vos réactions neurologiques, également amoindries, dans la vitesse de traitement de l'information. La perception du temps est relative, comme l'a dit un jour un célèbre physicien maitrisant l'Orion.

Je terminerai en vous affirmant que l'Orion, en lui-même, ne parait pas touché par ces changements de calques. Comme si sa nature le poussait à ne pas se retrouver altéré, dans son exécution, par quelles que lois physiques que ce soit. Cela signifie qu'un Orinien propulsé dans les Dimensions Fantômes, serait certes ralenti dans sa prise de décision, ainsi que dans la transmission de son ordre, envers son Orion... mais que celui-ci se déclencherait et s'exécuterait ensuite le plus habituellement du monde. Ce qui amène à une courte théorie...

Histoire



L'Orion... Une énergie dont l'origine reste bien mystérieuse, même pour nous... Diverses légendes, sur la planète, semblent remonter son apparition à plusieurs centaines de millions d'années... Mais des preuves concrètes de ces théories paraissent difficiles à s'approprier. Et quand bien même une explosion sismique aurait été la cause de son apparition en surface... s'agit-il vraiment de sa naissance ? Peut-être qu'une trop grande accumulation de cette énergie a représenté un point d'ébullition... La toute première manifestation physique connue, de cette donnée invisible, impalpable, mais pourtant présente... Pourrait-on la comparer à l'énergie du vide ou à l'énergie noire ? Peut-être qu'elle est présente, de façon plus dissipée, dans tout l'espace, le baignant dans son influence mystérieuse... Peut-être transcende-t-elle le temps et l'espace et non simplement nos calques de dimensions. Peut-être a-t-elle été, de ce fait, présente avant la création de l'univers, ou même des univers...  Finalement, aurait-elle même causé leur création, de par une ébullition de bien plus grande ampleur que cette explosion sismique ?...

Pauvre enfant... auquel la moindre de ces réflexions échappe complètement. Il y a tant à découvrir, tant à savoir... et toi tu restes là, ne comprenant rien du monde t'entourant. Victime d'un accident regrettable, la voilà qui pleure, sans arrêt... Tu n'inverseras pas le court du temps. Tu es condamnée à subir le poids de cette négligence. Tes perles indigo scrutent avec effroi les alentours... Tu as peur... de te retrouver seule, de rester dans l'incertitude, de te perdre sans l'espoir de retrouver un jour ton chemin.

Alors cette victime, âgée d'à peine 5 ans, s'enfonce avec crainte dans la forêt de Garan. Elle s'éloigne de cette voiture, bloquée dans les nombreuses branches de cet arbre robuste... seule survivante de cette rencontre malencontreuse... Pleurer ne sert visiblement pas toujours à rien. Car à travers la pénombre de ce lieu, aux aspects peu rassurants, une personne percevait de la tristesse, en sa direction. L'homme bien portant s'approchait de la jeune fille... Il avait un certain âge, mais son visage était apaisant. Cela détendit la demoiselle, peu de temps après son recul instinctif...

" Pourrais-tu me dire quel est ton nom, ma petite ?... Tes parents sont-ils dans le coin ? " Demanda le vieux monsieur, soucieux de sa situation.

La jeune fille répondit négativement de la tête... Relevant le regard, le curieux personnage remarqua cet arbre imposant, où de la mécanique automobile siégeait encore... Il en déduit qu'elle venait de devenir orpheline, qu'elle avait probablement perdu la mémoire, sous le choc physique ou psychologique. Cela devait probablement déjà être un miracle qu'elle s'en soit sortie en si bon état... Des marques de saleté, des égratignures et rien d'autre... Pareille vision attrista cette entité bienveillante. Il ne pouvait pas la laisser ainsi, sans guide, sans toit, sans nulle part où aller. Il lui fallait l'héberger, au moins pour cette nuit, avant d'entreprendre des recherches plus approfondies...

Tous deux se tinrent la main et s'avancèrent dans la forêt... une faible complicité venant de s'entamer. Ni trop molle, ni trop serrée, cette emprise, chaleureuse, berçait presque l'enfant, qui arrêta peu à peu de pleurer. Alors ils arrivèrent finalement aux bordures d'un lac... La lumière, désormais plus présente, baignait l'endroit d'une douce lueur orangée... Non loin d'eux, une maison bien onéreuse se tenait. Comme un grand manoir, ponctuant l'endroit d'une certaine prestance.

La bâtisse paraissait appartenir au vieil homme, car en s'y approchant, des domestiques vinrent lui souhaiter un bon retour, regardant ensuite la fillette avec douceur. La situation leur fut expliquée, tandis que la demoiselle scrutait les environs du portail. Une visite des lieux s'en suivit, sous les regards curieux et sous l'étonnement régulier de la jeune fille. Elle n'avait jamais vu de maison aussi grande, avec autant de pièces. Mais devait-elle pour autant accepter de passer la nuit en cet endroit, qu'elle ne connaissait que depuis aujourd'hui ?... Au vu de l'heure, il s'agissait probablement de sa meilleure option.

En venant lui souhaiter bonne nuit, au sein de la chambre d'ami, la personne d'âge mûr put apprendre l'existence d'un fin collier, qui siégeait au cou de son invitée, elle-même le découvrant à ce moment... Deux mots, l'un en dessous de l'autre, sur la plaque de cette large gourmette. Kumari Shanti... Selon la culture retenue par le responsable des lieux, Shanti représentait un prénom, habituellement d'application en Inde, où il signifiait la paix et la sérénité. Il trouvait son origine à travers le Sanskrit, langue habituellement utilisée en des textes religieux Hindou ou Bouddhistes. Mais au niveau littéraire et scientifique également. Un peu à la manière du latin, pour la référence... Il s'agissait même d'une des langues officielles de l'Inde.

En revanche, le propriétaire de la riche demeure dut se résoudre à abandonner, concernant le potentiel nom de famille. Cela devait possiblement avoir un rapport avec l'Inde, mais cela ne représentait probablement qu'une appellation sans signification, transmise de génération en génération, comme toutes les autres... Et ainsi se clôtura cette journée bien atypique, aux questionnements bien singuliers.

Les jours passèrent... Ils filaient les un après les autres, sans que cette stature fortunée ne parvienne à retrouver la potentielle famille restante de l'enfant... peu importe ses efforts... Sous son accord, il l'adopta officiellement, l'argent n'étant pas un problème pour lui. La petite fille reprenait des couleurs, de la vivacité... elle était heureuse. Heureuse d'avoir quelqu'un pour la guider, d'avoir quelqu'un pour l'aimer. Elle allait à l'école, démontrait sa curiosité pour le monde extérieur. Elle appréciait et savourait les moments de complicité, d'apprentissage, avec son tuteur, une fois rentrée à la maison...

Au coin du feu, la fillette, maintenant âgée de 7 ans, écoutait des histoires, des informations, que lui divulguait cette figure des plus calmes... assise dans son confortable fauteuil... La vie était belle, les environs, relaxant... et pourtant, les incidents surviennent souvent lorsque l'on s'y attend le moins. Oui... Le destin de cette pauvre fille allait basculer subitement...

" Je suis désolé, ma petite Shanti... Je n'en ai plus pour très longtemps... Vois-tu, les humains vieillissent et finissent par s'éteindre comme le ferait un feu, lorsque du bois vient à manquer... Je sais que cela te rendra triste et j'en suis profondément navré... Ma plus grande fierté restera tout de même d'avoir pu te permettre d'avoir un abri, ainsi que des personnes pour se soucier de ton bien-être... Tu ne manqueras de rien, je l'espère... " Avoua ce triste personnage, sur son lit de mort, devant sa seule héritière, larmes aux yeux.

Oh si... Quelque chose allait lui manquer... quelqu'un également... Sa place était irremplaçable, la perte était totale. De l'argent, un toit, de l'attention conventionnelle, tout cela... permettait l'apparition d'une bonne condition physique, mais pas forcément mentale... Elle arrêta l'école, peu de temps après... commença à prendre des cours par correspondances, pendant près d'une année. La tristesse se lisait sur son visage, elle n'avait plus personne à qui se comparer, plus personne à prendre pour modèle... Il lui avait lâché la main pour s'enfoncer dans cette intimidante forêt sombre, que représentait la mort... La demoiselle passait le plus clair de son temps dans sa chambre, à déprimer, bien qu'il s'agissait de sa véritable pièce personnelle, aux couleurs pâles et rosées...


(sous-titres)

Qui était cette femme ?... Sa voix, ses paroles, paraissaient toucher Shanti au plus profond de son coeur. Comme absorbée par ces promesses, forte d'un espoir nouveau, la Kumari se releva tant bien que mal. Elle n'allait pas se laisser abattre. Elle n'était pas seule. Quelqu'un se souciait d'elle, de son état... Même si c'était à travers un poste de télévision, même si elle ne verrait probablement jamais de ses yeux cette Diva de l'Ontario, du doux nom d'Aélith, elle s'en contenterait, s'en aiderait pour progresser, pour se relever des épreuves encore à venir...

C'est à partir de cet instant... que la petite fille commença à développer une passion pour le chant et la danse. Il était possible de communiquer tellement de choses, en chanson. Comme un journal intime, ouvert aux yeux de tous, sans pour autant se montrer égocentrique ni forcément personnel. La grâce du corps, voguant dans l'espace au rythme des percussions mélodiques... Un monde de sensations, d'émotions pures, un espace de fraicheur où se consoler en toute impunité...

C'était le début d'une forte admiration... Produits dérivés, posters, dvd et j'en passe... Shanti devenait un peu plus fan à chaque jour... Elle s'affairait à s'améliorer dans les domaines précités, maîtrisés par sa nouvelle idole. A l'école, elle se montrait pourtant plus discrète qu'auparavant, ayant également bien conscience que ses quelques retards dans l'apprentissage ne la prédisposaient plus à prendre aussi souvent la parole qu'à ses débuts... Montrer ses quelques progrès, concernant ses passions, se faisaient de plus en plus rare. Les enfants pouvaient parfois être blessants, même pour quelque chose d'anodin...

Globalement, tout se passa encore bien, jusqu'à l'approche de son 9ème anniversaire... Alors que la jeune fille continuait de s'entraîner en cachette, après son retour à la maison sous surveillance d'un domestique, quelque chose débuta son éclosion... Bien sûr, il s'agissait de cette force latente, de ce pouvoir auquel seules quelques personnes de ce monde avaient accès. L'Orion. Personne ne savait vraiment comment l'Orion apparaissait chez un individu... Certains avaient ce potentiel que d'autres n'avaient pas. Cela trouvait-il sa justification en une cause génétique, ou bien environnementale ?...

" Madame ! Shanti elle fait que faire tomber mes affaires ! " Se plaignait un petit garçon, au sein d'une salle de classe bondée.

Non... Elle ne faisait pas que faire tomber tes affaires... Brusquée par ton approche des moins respectueuses, à son encontre... touchée par tes puériles railleries sur des sujets dont tu n'avais aucune maîtrise... tu la blessais et elle pleurait en silence, pour ne pas attirer l'attention. Ce fut la première manifestation de ce pouvoir, encore bien peu exploité... Le pot de crayon, se situant au bord de la table commune, n'avait pas demandé une utilisation poussée des calques dimensionnels, pour que ce lien invisible ne parvienne à le faire tomber.

Les semaines passèrent... Ce n'était que le début... Des gênes supplémentaires s'ajoutèrent avec le temps. Des horloges tournant plus lentement, des gommes défiant les conventions gravitationnelles... Des signes, des indices, d'une énergie grandissante, d'un potentiel s'exploitant peu à peu. A mesure de ces manifestations, les enfants cessèrent davantage d'approcher la jeune demoiselle... Eux aussi percevaient un changement, sans pouvoir précisément l'expliquer. Et puis... un jour... pour une raison aussi ridicule qu'inintéressante, un rapprochement intimidant eut lieu.

" C'est quoi ton problème, à la fin ?! " S'écria un garçon, d'un âge équivalent à celui de son interlocutrice.

Son visage n'était pas rassurant, il faisait même peur, très peur... trop peur... pour ne déclencher une fois de plus cette force tapie en Shanti... S'approchant, d'abord rapidement et subitement, l'individu masculin se vit pourtant ralentir, paru s'alléger, l'espace de quelques instants, comme si il marchait sur la lune. Ceci donna largement le temps à la fillette de se décaler, par rapport à lui, pour échapper à une probante emprise... Cela s'était déroulé dans la cours de récréation.

A la suite de cet évènement ô combien singulier, les camarades de l'enfant bruyant parurent plutôt terrifiés... Que venait-il de se passer ?... Lui décrivait avoir vu sa cible l'esquiver avec une grande rapidité, ayant même l'impression que les nuages bougeaient plus vite, pendant un certain laps de temps... Alors que ses camarades lui présentaient leur perception contraire des choses... Pauvres enfants... ne se comprenant pas sur un sujet des plus délicats. Ne saisissant pas la coexistence de ces deux facettes d'une même équation.

" Les monstres vont en enfer, retourne d'où tu viens ! "

C'était... à cause de ses cornes en mousse ?... Non... elles n'avaient jamais posé le moindre problème. Tout le monde les aimait... En revanche, personne n'aimait Shanti, le monstre, la sorcière de la classe... Alors elle craqua, devant cette phrase inscrite avec hargne sur son bureau en bois, devant ces messes basses des plus blessantes, devant ces petits ricanements, ces sourires moqueurs, faux, ou tout simplement craintifs... Pourquoi était-elle devenue si horrible, aux yeux des autres ?...

Le professeur se leva et fit taire sa classe, d'une brusque exclamation sonore... Elle ne comprenait pas tout à fait le sujet de cette attention malsaine. Alors elle s'approcha, doucement. Très doucement. Bien trop doucement pour que cela puisse encore paraître naturel. Plusieurs élèves dans la classe paraissaient perdre l'équilibre et se ralentir dans leur gestuelle, dans leurs exclamations... Les quelques chanceux criaient de peur, pleuraient, ou s'enfuyaient même de la classe... Alors, elle aussi, se leva...

La Kumari réalisa la cause de ses problèmes, ou du moins elle le pensa... Tout venait d'elle. Ils avaient raison, c'était de sa faute, si elle faisait peur à tout le monde... C'était de sa faute, si ils essayaient de se rassurer en la rabaissant... Oui. Shanti ne représentait qu'un monstre, en cette dimension. En ce monde où devenir un élu de l'Orion était mal vu. En ce monde où posséder le pouvoir de le sauver était considéré comme un crime...

" Snif... Snif... "

Elle s'enfuyait de la classe, courant le plus vite possible pour s'éloigner d'eux... pour ne plus leur poser de problèmes... Pour ne plus poser problèmes à qui que ce soit. Elle essayait de voir où elle allait, à travers le voile pratiquement opaque de ses larmes. Elle se souvenait du chemin vers sa maison, mais dans sa course, elle fut subitement stoppée par une silhouette enfantine, faisant particulièrement tache avec l'environnement alentour...



Visuel:
 

" ... Pauvre enfant... Elle qui découvre à peine sa rare particularité, la voilà déjà sur le point de s'en cacher... Et ce n'est pourtant pas la première fois... Est-ce vraiment là ce que tu souhaites ?... C'est vrai... Ce que tu camoufles parait très mal vu de la population. Cela continuera de t'attirer des problèmes... Peut-être que ta place n'est pas ici. Peut-être que ta présence n'est qu'une erreur... un regrettable accident... "

Visiblement davantage persécutée par ces paroles, pourtant des plus objectives, la Kumari, ayant d'abord effectué un mouvement de recul, reprit son avancée rapide... le regard toujours plus larmoyant. Cela en devenait presque pénible de la voir réagir ainsi, pour chaque évènement la bousculant psychologiquement. La vie en société comportait des hauts et des bas. Ne vouloir profiter que des bons moments ne représentait qu'une conception très égoïste et faussée de la réalité. La psyché ne progressait pas en s'enfermant dans des excuses à son développement. Néanmoins, méritait-elle tous les tords ?... Il serait trop facile de rejeter la faute sur une seule personne, comme de s'en écarter, pour la supporter.

" Si ils existaient ? Hé, pas moyen ! Ca serait trop dangereux, faudrait les éliminer ! "

Téléphone entre les mains et assise sur son lit, la petite Shanti lisait les commentaires d'un message qu'elle avait rédigé, sur un forum de discussion... Si des personnes avec des pouvoirs existaient, ça seraient des monstres ? On pourrait pas vivre avec ?... C'était le titre... Les messages se succédaient, les uns après les autres. Le sujet attirait toutes sortes de personnes radicalement différentes, mais tout aussi opposées quant à cette possibilité d'harmonie... Les erreurs du passé étaient-elles amenées à se répéter ? Malgré les âges, cette même constatation revenait...

" Mademoiselle ?... Vous êtes revenue bien tôt, aujourd'hui. Et cela sans accompagnateur... Tout se passe bien ? "

Cela faisait déjà un moment que ça n'allait plus... Poser la question à ce stade ne méritait même plus une réponse... Elle n'en donna donc pas, ne donnant pas non plus l'autorisation d'ouvrir la porte de sa chambre... continuant simplement de se torturer l'esprit, en lisant ces commentaires rapidement envoyés et probablement peu réfléchis, tant la simplicité et la taille de ceux-ci paraissaient affligeantes... Plissant des yeux, désormais la tête sur les cuisses qu'elle ramenait à elle, l'Orinienne cédait à nouveau.

" Je... Je veux plus... Snif... J'arrive plus... Je voudrais juste... " Commença-t-elle, en parlant à voix basse.

Une réaction assez étrange devait probablement lui parvenir, en ce moment même... Comme des palpitations... Comme si quelque chose désirait sortir, ou la punir... déchirant un peu plus l'intérieur de sa poitrine, à mesure que ce pauvre enfant rejetait une responsabilité qu'elle n'avait jamais voulu avoir... Elle allait donc en faire l'expérience...

" ... disparaître... " Avoua-t-elle finalement, lâchant son téléphone, qui vint subitement à ralentir brusquement sa chute.

Cette situation ne pouvait plus durer... Cela faisait trop longtemps que le monde se voilait la face... L'un des deux camps en souffrait perceptiblement plus que l'autre. Cela faisait si longtemps... L'humanité prendrait peut-être prochainement un tournant des plus brutaux, mais dans quel sens ?... Peu importe quel camp l'emporterait, cela ne ferait que propager un maux des plus antiques. Quelles possibilités avions-nous, pour éviter cela ? Quelle influence pouvions-nous se permettre sur l'histoire ?... Là un questionnement moins évident qu'il n'y paraissait. Pourtant, à chaque embranchement, il fallait réaliser un choix... et l'assumer. Ainsi le bruit d'une sonnette retentit, vers un début de soirée...

Visuel:
 

" Il se fait bien tard... et le temps manque pour tout le monde... A toi qui maîtrise l'Orion, je m'adresse pour te livrer un message d'urgence... A l'orée du lac, dans une bien riche demeure, une jeune fille pleure... Elle aussi maîtrise cette énergie transcendante, ou plutôt la subit. Quel que soit ton choix, sache qu'il reste facteur à conséquences... Si néanmoins tu décides de l'ignorer, au meilleur des cas elle mourra par son propre rejet... Et au pire des cas... cela sera notre peuple qui en fera les frais... Elle n'en a plus pour bien longtemps. Va-t-elle se faire démasquer ? Je me demande... "

Chacune de mes actions se doit d'être méthodiquement calculée... Déjà plusieurs domestiques de piégés dans sa toile, les professeurs n'étant pas non plus à l'abri... Le papillon commence à prendre son envol et il convient de tendre le filet à temps, avant que ce premier ne puisse être rattrapé... avant que même cette idole ne demeure incapable d'exercer la moindre influence constructive sur sa psyché...

Faire quelques pas en dehors de son champ de vision, suffit à perdre définitivement la personne que j'ai choisie... et c'est bien ainsi. La Kumari Shanti assume catastrophiquement le poids d'un choix qu'elle n'aurait jamais dû prendre, en entrainant tout son entourage dans sa projection... Mais quand va-t-elle s'en rendre compte ? Et par qui ?...


(sous-titres)

Un peu de vous

PUF : Maitrix ou Black Strike.
Prénom : Jonathan.
Âge : 24 Orions. Plus que 76 avant mon transhumanisme. :c
Un peu plus de vous : Il peut m'arriver de mâchouiller un peu sans m'en rendre compte, mais je ne bave pas pour autant. Alors adoptez-moi ! Onegai. :c
Comment avez vous connu le forum ? : J'ai vu la lumière. ( hé, la lumière. Héhé. =p )
Code : Cf. Règlement

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation IRL : France
Nombre de RPs : 9
Messages : 28
Emploi du perso : Etudiant
avatar
Ok ça m'a l'air tout bon ! Même si on a galéré via skype x) Je te valide donc jeune padawan, n'oublie point de faire ta fiche personnel ! L'école élémentaire de la ville sera créée sous peu en raison de l'âge de ton personnage ! Enjoy !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/04/2017
Age réel : 25
Localisation IRL : Belgique
Nombre de RPs : 17
Messages : 29
Emploi du perso : Etudiante / Veut devenir Danseuse
avatar
Merci merci ! =p

Je m'y met de suite. =o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Pour Shanti, ce n'est pas un don, mais une malédiction...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Patapon 3 online
» Machine à Parfum
» Quel QG pour non pas une liste "dure", mais ma liste "dure ;-)
» Abonnement Xbox Live : 13 mois pour 30 €
» Quelle PSP choisir... pour Monster Hunter bien sûr!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orion'Sins :: Identité :: Présentation :: Les fiches validées-